Paris : fausse alerte à la bombe à la gare de Lyon

Un message, posté sur Internet, laissait entendre qu'une bombe y avait été déposée.

Des passagers patientent devant la gare de Lyon évacuée, le 13 novembre 2015 à Paris.
Des passagers patientent devant la gare de Lyon évacuée, le 13 novembre 2015 à Paris. (FABIENNE BLEVIS / FRANCE 3)
Ce qu'il faut savoir

La gare de Lyon à Paris a été évacuée, vendredi 13 novembre, en début d'après-midi, en raison d'une alerte à la bombe. Elle a été rouverte 30 minutes plus tard. "Il n'y a rien, c'était une fausse alerte", a indiqué la préfecture de police à francetv info. C'est "une menace" postée sur les réseaux sociaux qui a provoqué cette évacuation. Elle laissait "supposer qu'un objet suspect a été déposé" dans la gare. Les démineurs et leurs chiens ont été dépêchés sur place.

Image inhabituelle d'une gare déserte 

Le trafic SNCF a été "bloqué" pendant toute la durée de l'évacuation. Les RER A et D circulaient, mais ne marquaient pas l'arrêt à la station, tout comme les métros des lignes 1 et 14.  Des centaines de voyageurs ont dû patienter avec leurs valises à l'extérieur de la gare. A l'intérieur, des photos prises par un passant montraient une gare déserte, une image peu habituelle pour les Parisiens qui transitent tous les jours dans ces sous-sols.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GARE_DE_LYON

15h21 : Contactée par francetv info, la préfecture de police de Paris annonce qu'il s'agissait d'une fausse alerte à la bombe. Les démineurs n'ont trouvé aucun engin explosif dans la gare de Lyon.


15h19 : L'alerte à la bombe est terminée. La gare de Lyon est désormais rouverte. Le trafic des métros, trains et RER a repris.

15h16 : #deminagegaredelyon

15h16 : Des centaines de voyageurs patientent avec leurs valises, à l'extérieur de la gare. A l'intérieur, des chiens de détection d'explosifs sont à l'œuvre.



(Fabienne Blevis / France TELEVISIONS)

15h16 : On en sait un peu plus sur cette alerte à la bombe qui a provoqué l'évacuation de la gare de Lyon à Paris. Selon la police, un message, posté sur internet, laisse entendre qu'une bombe a pu y être déposée.