Mort de Vanille : la mère avait planifié l'assassinat de sa fille depuis deux mois, mais "aucun signe" ne laissait penser à un passage à l'acte

Le corps de la fillette a été retrouvé dimanche sur les indications de sa mère, qui a reconnu le meurtre. Cette dernière présente des troubles psychiatriques.

Le procureur d\'Angers (Maine-et-Loire), Eric Bouillard, lors d\'une conférence de presse au sujet du meurtre de la petite Vanille, le 9 février 2020.
Le procureur d'Angers (Maine-et-Loire), Eric Bouillard, lors d'une conférence de presse au sujet du meurtre de la petite Vanille, le 9 février 2020. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Des premiers éléments de réponse pour tenter de comprendre l'incompréhensible. Le procureur d'Angers, Eric Bouillard, a tenu une conférence de presse, lundi 10 février, et livré plusieurs éléments au sujet de la mort de Vanille, 1 an, tuée par sa mère vendredi. Le corps de la fillette a été retrouvé dimanche dans une benne à vêtements à Angers (Maine-et-Loire), quelques heures après l'interpellation de sa mère à Nantes (Loire-Atlantique) et alors qu'une alerte enlèvement avait été déclenché samedi soir.

Nathalie Stéphan, 39 ans, avait "décidé de donner la mort à son enfant" depuis début décembre, et l'a avoué aux enquêteurs, a expliqué le procureur. Cependant, selon les éducateurs qui suivaient la mère, "aucun signe ne laissait penser que ce passage à l'acte était envisagé", a affirmé ce dernier.

Un acte prémédité. Selon le procureur, Nathalie Stéphan a expliqué avoir planifié de tuer sa fille depuis le 3 décembre, date à laquelle elle s'était vu notifier qu'elle devrait quitter le foyer pour mères isolées où elle vivait. Son départ devait avoir lieu ce lundi. Vendredi 7 février, jour où elle est passée à l'acte, était la date du premier anniversaire de Vanille, a ajouté le procureur.

Aucun signe précurseur. Les éducateurs chargés du suivi de Vanille ont expliqué aux enquêteurs qu'ils constataient une "évolution positive" de la mère et de son implication auprès de sa fille. C'est la raison pour laquelle elle bénéficiait d'un droit de visite auprès de son enfant placé, a expliqué le procureur.

L'autopsie confirme le scénario de la mort. Le corps de l'enfant a été autopsié lundi. L'examen a confirmé que son décès avait eu lieu "dans un délai conforme à celui indiqué par la mère", c'est-à-dire vendredi, avant même le déclenchement de l'alerte enlèvement. Elle confirme également que la fillette a été étouffée.

 La mère présentée à un juge mardi matin. Eric Bouillard a indiqué que sa garde à vue serait levée dans la matinée. Le magistrat sera saisi du chef d'"homicide volontaire aggravé", avec pour circonstances aggravantes la préméditation, le fait qu'elle soit la mère de la victime et que celle-ci soit une mineure de moins de 15 ans.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #VANILLE

21h03 : Bonsoir @escourrouloic. La garde à vue est toujours en cours ce soir. Elle doit prendre fin demain matin pour une présentation à un juge d'instruction pour des faits "d'homicide volontaire aggravé". Les faits présentés étaient "prémédités" et "relèvent de la qualification juridique d'assassinat", a souligné le procureur.

21h03 : Pourquoi le procureur de la République n'ouvre-t-il pas une information judiciaire sur le chef d'assassinat ?

21h22 : Ces conférences de presse se sont en effet généralisées ces dernières années – que l'on songe par exemple aux interventions de François Molins après plusieurs attentats. L'institution judiciaire veut ainsi éviter la diffusion de fausses informations et reprendre la main sur sa communication.

21h22 : Bonjour @Wargame. L'article 11 du Code de procédure pénale autorise les procureurs de la République à "rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure". Ce sont les seuls magistrats autorisés à le faire, pour éviter notamment la "propagation d'informations parcellaires ou inexactes" ou un "trouble à l'ordre public". Si le sujet vous intéresse, vous retrouverez ici une enquête consacrée à ce sujet.

18h24 : Pourquoi un procureur de la République donne-t-il une conférence de presse ? Cela se généralise depuis quelques années. Or il est assez choquant de débattre de l'instruction dans les médias.

20h15 : Voici un nouveau point sur l'actualité :

La mère de Vanille, la fillette de 1 an retrouvée morte dimanche, avait planifié l'assassinat de sa fille depuis deux mois, mais "aucun signe" ne laissait penser à un passage à l'acte, a indiqué le procureur de la République d'Angers, lors d'une conférence de presse.

La tempête Ciara a fait au moins trois morts en Europe. En Pologne, une femme et sa fille ont été tuées par une toiture emportée par des rafales de près de 100 km/h. Un homme a été tué dans sa voiture hier après-midi par un arbre sur une autoroute au sud-ouest de Londres. En France, treize départements sont toujours placés en vigilance orange.

Quatre Français, trois passagers et un membre d'équipage, se trouvent à bord du Diamond Princess, ce paquebot de croisière bloqué depuis une semaine dans le port de Yokohama (Japon) et placé en quarantaine au moins jusqu'au 19 février. Un nouveau bilan faisait état de 65 nouveaux cas confirmés de coronavirus 2019-nCoV à bord, portant le total à 135 parmi les 3 700 occupants du navire. On ignore si les quatre Français font partie de ces malades.

• Dix-sept personnes ont été interpellées ce midi après une intrusion au siège de la société BlackRock, a appris franceinfo de source policière. Ces dix-sept personnes, dont quatre sont mineures, sont mises en cause pour "participation à une manifestation non-déclarée", "dégradations volontaires" et "violence volontaire" contre la responsable de sécurité du site.

17h58 : "Entre le 3 décembre (...) et le 7 février, aucun signe ne nous permettait de penser que ce passage à l'acte était envisagé par la maman, au contraire", a-t-il poursuivi, expliquant que les "éducateurs décrivent une évolution positive, d'une maman qui s'investissait de plus en plus dans le lien (...)".

20h13 : Parmi ces circonstances aggravantes, Eric Bouillard indique notamment que les faits ont été prémédités par la mère de Vanille. "Le mobile du passage à l'acte (...) il semble être lié à son départ du centre maternel. Départ qui lui a été annoncé le 3 décembre 2019. Jour à partir duquel elle a décidé (...) de donner la mort à son enfant." Le procureur d'Angers indique par ailleurs que le meurtre de la fillette est survenu vendredi, jour de son anniversaire.

20h11 : La garde à vue de la mère de la petite Vanille prendra fin demain matin, a précisé le procureur de la République d'Angers. A l'issue de celle-ci, elle sera présentée à un magistrat instructeur qui sera saisi de la qualification criminelle d'homicide volontaire aggravé.

20h11 : Selon le procureur de la République d'Angers, il n'y a "absolument pas" eu de négligence de la part des services de l'aide à l'enfance. Il assure que ces services avaient noté "un comportement meilleur" de la part de la mère de la fillette. "Nul ne pouvait prédire une telle issue", dit-il de ce crime "imparable". "Il n'y a pas eu d'erreur, ni de suivi ni d'interprétation" des services.

20h10 : "L'autopsie confirme le décès de Vanille dans un délai conforme a ce que nous indique la mère, par un procédé d'étouffement, ce que la maman avait décrit aux enquêteurs".

Eric Bouillard, procureur de la République d'Angers, tient une conférence de presse où il évoque les nouveaux éléments autour de la mort de la petite Vanille, 1 an.