Double meurtre dans les Cévennes : "Nous ne pensons pas qu'il ait un complice", affirme le général Philippe Ott

La traque de Valentin Marcone, suspecté d'avoir tué deux personnes dans une scierie, se poursuit.

Le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel, lors d\'une conférence de presse sur le double meurtre dans les Cévennes, aux Plantiers (Gard), le 12 mai 2021.
Le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel, lors d'une conférence de presse sur le double meurtre dans les Cévennes, aux Plantiers (Gard), le 12 mai 2021. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Les recherches se poursuivent pour retrouver l'auteur présumé du double meurtre des Cévennes, en fuite depuis 48 heures. Valentin Marcone, 29 ans, est suspecté d'avoir tué deux personnes dans une scierie du villages des Chantiers (Gard) mardi 11 mai. "Nous ne pensons pas qu'il ait un complice", a affirmé jeudi le général Philippe Ott, commandant du groupement de gendarmerie du Gard, lors d'une conférence de presse avec la préfete du département, Marie-Françoise Lacaillon, et le procureur de Nîmes, Eric Maurel, chargé du dossier après le procureur d'Alès. "Il pourrait potentiellement nous attendre sur son terrain, sa zone de confort, qu’il maîtrise car il y a été en solitaire très souvent. On considère qu’il en connaît tous les recoins", a expliqué le général. Suivez notre direct. 

 Le père de Valentin Marcone l'appelle à se rendre. "J'ai la garantie qu'il n'y aura pas feu si tu te rends maintenant, mon fils fais-moi confiance" : dans un message audio transmis via la gendarmerie, le père de Valentin Marcone a appelé son fils à se rendre jeudi 13 mai. "Valentin, c'est papa, je t'aime, on t'aime", a lancé Frédéric Marcone. "Iroise est magnifique, elle a dormi dans mes bras pendant deux heures, elle a besoin de toi, de son papa, Blandine a besoin de toi, elle est forte, elle a besoin de toi", dit son père dans ce vibrant message.

 Près de 350 gendarmes déployés. Valentin Marcone est en fuite depuis deux jours dans la forêt après avoir abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie du village des Plantiers (Gard) où il était employé, peu après être arrivé au travail. Depuis 48 heures, près de 350 gendarmes sont déployés dans cette région escarpée et peu habitée, assistés de huit hélicoptères et d'équipes cynophiles, pour tenter de débusquer le fugitif, a priori armé d'une arme de poing et d'un fusil de précision d'une portée potentielle de 300 m.

 Un appel à témoins lancé par la gendarmerie. Cet appel à témoins, accompagné d'une photo d'un homme à l'apparence très jeune, cheveux châtain très courts et fines lunettes, décrit le fuyard comme de type européen, de taille (1,70 m) et de corpulence moyennes, vêtu d'un treillis vert et d'une veste de camouflage avec capuche. "L'hypothèse désormais c'est qu'il aurait pu prendre la fuite plus loin, au delà du périmètre de 15 km2 que nous fouillons depuis le départ", a expliqué à l'AFP la porte-parole de la gendarmerie en Occitanie.

  Un comportement de "type paranoïaque". Même s'il n'était pas connu pour des violences, le suspect avait un comportement de "type paranoïaque" depuis quelques temps, selon le procureur d'Alès. Il avait connu des conflits avec l'ancien maire du village et avait déposé de nombreuses plaintes, dont certaines classées sans suite. 

Quatre familles exfiltrées du village. Quatre familles du village des Plantiers ont été évacuées de leur domicile, a annoncé jeudi à franceinfo le maire, Bernard Mounier. Elles ont été mises à l'abri, alors qu'elles sont "potentiellement ciblées" par l'auteur du double meurtre. Parmi les familles exfiltrées, il y a "des anciens et des jeunes", précise le maire du village. "Ils ont entre 30 et 60 ans."

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GARD

20h17 : Il est 20 heures et des brouettes, voici un nouveau point sur l'actualité :

#COVID_19 Les indicateurs de l'épidémie en France continuent de baisser. Près de 19 500 nouveaux cas et 618 nouvelles hospitalisations ont été recensés sur les dernières 24 heures, selon Santé publique France. Environ 4 440 patients sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs. Suivez notre direct.

Valentin Marcone, soupçonné du meurtre de son patron et d'un collègue d'une scierie où il était employé aux Plantiers (Gard) mardi, est toujours en fuite. Les autorités estiment qu'il n'a pas été aidé de complices. Voici ce que l'on sait de son profil.

La secrétaire d'Etat Sophie Cluzel ne présentera finalement pas de liste de la majorité présidentielle pour les régionales dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle apporte son "soutien" à la liste que conduit Renaud Muselier, le président LR de la région.

Le Suisse Gino Mäder a enlevé en solitaire la 6e étape du Tour d'Italie cycliste, sur les hauteurs d'Ascoli Piceno.

19h56 : Valentin Marcone, 29 ans, est soupçonné d'avoir tué son patron et un de ses collègues, dans la scierie où il était employé au village des Plantiers (Gard) mardi. Depuis, il a pris la fuite et fait l'objet d'un appel à témoins de la gendarmerie. On vous dévoile dans cet article le profil du fugitif des Cévennes.

18h10 : Voici le point sur l'actualité :

• Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux préfets d'interdire toutes les manifestations de soutien au peuple palestinien, dont celle prévue samedi dans la capitale. Suivez notre direct.

Lors d'une conférence de presse, la préfète du Gard estime être "dans une opération qui doit durer". "Les moyens sont à la même hauteur qu'hier et avant-hier, voire commencent même à être augmentés", déclare-t-elle. Voici ce que l'on sait de la traque du suspect.

• La préfecture de Guyane a annoncé "un confinement thématique" mis en place à compter de ce vendredi pour une durée de 15 jours.

Le Suisse Gino Mäder a enlevé en solitaire la 6e étape du Tour d'Italie cycliste, sur les hauteurs d'Ascoli Piceno.

18h09 : "On a retrouvé des photographies de personnes, on ne sait pas s'il avait des griefs contre elles, mais elles ont des fonctions institutionnelles. Les personnes ont été avisées", poursuit Eric Maurel.

18h11 : Concernant des détonations qui ont pu être entendues par des habitants, "rien ne montre qu'il s'agisse d'armes à feu", déclare le magistrat, sans en exclure la possibilité.

18h03 : "En l'état nous n'avons pas d'élément pour penser qu'il puisse s'appuyer sur des personnes", déclare Eric Maurel, qui précise que l'hypothèse de son maintien dans la zone de recherches est privilégiée. "Nous ne pouvons pas exclure qu'il ait pu franchir le dispositif", souligne-t-il toutefois.

18h12 : "Depuis quelques jours il avait un changement dans son comportement, il venait au travail avec un gilet pare-balles, sans que sa femme ne décrive quelque chose qui l'inquiétait particulièrement", poursuit le magistrat.

18h12 : "C'est un homme apte à la survie en milieu hostile. Il a l'habitude de partir en montagne, de faire des randonnées, c'est un chasseur. On n'a retrouvé dans sa documentation personnelle aucune relation avec une structure survivaliste, aucun propos montrant qu'il adhère à l'idéologie survivaliste."

17h55 : "Il a laissé son téléphone portable en partant, mais peut-être a-t-il un téléphone prépayé dans un sac (...) mais on sait qu'il est un très faible utilisateur de la téléphonie", poursuit le gendarme à propos de Valentin Marcone, suspecté du double homicide du village des Plantiers.

17h50 : "Manifestement, on est plutôt sur quelqu'un qui n'est jamais appelé au téléphone et n'appelle jamais au téléphone", explique le gendarme, à propos d'une éventuelle complicité.

18h13 : "Cet individu s'entraînait très régulièrement sur des tirs à longue portée, avec des armes assez létales", poursuit Philippe Ott. "Il était très solitaire avec très peu voire aucun ami."

17h45 : "Clairement on va le chercher, le plus gros des forces engagées sont dans des chemins escarpés, des vallons, dans une nature totalement isolée."

17h43 : "Il a été décidé d'accentuer les efforts à partir de ce soir avec l'arrivée de militaires supplémentaires", précise le commandant. "Il y a beaucoup de sacs de sable près de son domicile, il a un comportement très préoccupant", poursuit le militaire à propos du suspect.

18h14 : "A ce stade aucun indice ne nous permet de prioriser une hypothèse plus qu'une autre", déclare Philippe Ott. Pas moins de 50 appels ont été reçus à la gendarmerie du Gard depuis le lancement de l'appel à témoignages.

17h41 : "Il a un profil de solitaire qui nous laisse à penser qu'il pourrait potentiellement nous attendre sur son terrain, un terrain qu'il connaît parfaitement bien. Il le maîtrise car il tire en solitaire très souvent, il en connaît tous les recoins", poursuit le gendarme.

18h15 : "Depuis trois jours, qui sont des longues journées pour nous, dans un décor extrêmement complexe, nous suivons une mission qui consiste à déceler tout indice permettant d'avoir une trace de l'individu, qui est armé. A ce stade, il est toujours armé de pistolets automatiques", explique le général Philippe Ott.

17h40 : La préfète du Gard et le procureur de Nîmes donnent une conférence de presse sur le double meurtre dans les Cévennes. Vous pouvez la suivre dans notre direct.

14h25 : Sur les réseaux sociaux, le fugitif de 29 ans ne cache pas son attrait pour les armes et s'était plaint du classement sans suite de plusieurs de ses plaintes. France 3 Occitanie fait le point sur ce que l'on sait de Valentin Marcone, le suspect du double meurtre dans une scierie.

14h05 : On rembobine le fil de la journée :

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a ordonné des renforts "massifs" au sein des forces de sécurité dans les villes mixtes israéliennes, où vivent Juifs et Arabes. Suivez notre direct.

Quatre familles du village des Plantiers ont été évacuées de leur domicile, car elles sont "potentiellement ciblées" par l'auteur présumé du double meurtre dans une scierie. Le suspect, Valentin Marcone, demeure toujours introuvable.

En raison de la situation sanitaire en Turquie, l'instance du football européen a finalement décidé de déplacer la finale de Ligue des champions prévue le 29 mai entre Chelsea et Manchester City à Porto, à l'Estadio do Dragao.

La préfecture de Guyane a annoncé "un confinement thématique" mis en place à compter de ce vendredi pour une durée de 15 jours.

13h51 : Bonjour @Angèle Dessay Le procureur de Nîmes a expliqué que le profil Facebook du suspect "[était] en train d’être exploité". Il multipliait sur son compte les références à un jeu vidéo de guerre et les publications hostiles aux autorités : police, justice, hommes politiques. Il avait souhaité rejoindre l'armée pour devenir tireur d'élite et n'y était pas parvenu à cause de problèmes de vue. Nous n'avons pas d'autres informations pour le moment.

13h50 : Bonjour FI, je lis sur les réseaux sociaux que l’auteur des tirs dans les Cévennes serait complotiste et proche des mouvances de l’extrême-droite. Confirmez-vous cette information? D’avance merci et bonne journée.

13h47 : "Valentin, c'est papa, je t'aime, on t'aime, (...) nous sommes tous avec toi, bisous, papa."

Dans un message audio transmis via la gendarmerie, le père du meurtrier présumé des Cévennes, en fuite depuis 48 heures, l'a appelé à se rendre. "J'ai la garantie qu'il n'y aura pas feu si tu te rends maintenant, mon fils, fais-moi confiance."

13h47 : Les gendarmes sont épaulés par les unités d'élite du GIGN et du peloton spécialisé de protection de la gendarmerie (PSPG) et soutenus par huit hélicoptères. Des équipes cynophiles, et notamment des chiens de race Saint-Hubert, sont également sur place.

13h46 : Le dispositif déployé par les forces de l'ordre et dirigé depuis le village de Saumane, à environ cinq kilomètres des Plantiers, reste important, deux jours après le double meurtre. Près de 300 gendarmes, du Gard, de l'Hérault, des Alpes-Maritimes et de Roanne (Loire) quadrillent la forêt pour retrouver l'homme suspecté d'être l'auteur de ces meurtres.

13h32 : "Des anciens, des jeunes, entre 30 et 60 ans. Potentiellement ciblées parce que peut-être il y avait un différend que je ne connais pas."

Quatre familles des Plantiers ont été évacuées dans la matinée de leur domicile. Elles sont "potentiellement ciblées" par l'auteur du double meurtre dans une scierie, estime auprès de franceinfo le maire du village.

13h06 : Bonjour @Léon et @Eleve de CE2, merci pour votre vigilance, nous sommes en train de modifier notre article !

13h06 : Vous écrivez (https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/double-meurtre-dans-les-cevennes-ce-que-l-on-sait-de-la-traque-du-suspect_4621181.html) La zone de recherche escarpée, montagneuse et boisée, a été élargie à "un quadrilatère de 15 kilomètres sur 15 kilomètres". ce qui fait environ 15x15=225km2. Puis dans le paragraphe suivant "Tout indique que le fugitif se trouve dans le périmètre de 15 km2 défini par les gendarmes. " Merci de rectifier les chiffres !

13h06 : #Gard Peut-on faire remarquer respectueusement à l’ensemble de la profession journalistique qu’un carré de 15 km de côté fait une surface de 225 km2 et non 15 km2. Vous n’êtes pas les seuls à faire cette erreur, reprise par tous ...

12h03 : Midi ! Voici le point sur l'actualité :

Le conflit meurtrier entre Israël et le Hamas se poursuit avec des frappes israéliennes sur la bande de Gaza et des tirs de roquettes du mouvement islamiste vers l'Etat hébreu. Des émeutes ont par ailleurs éclaté dans des villes judéo-arabes en Israël, poussant le ministre de la Défense israélien à y ordonner le déploiement "massif" de forces de sécurité.

• La gendarmerie a lancé un appel à témoins pour tenter de débusquer le fugitif lourdement armé qui se cache dans la forêt cévenole depuis 48 heures, après avoir abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie où il était employé.

• Un incendie est en cours sur un site industriel classé Seveso à Bezons (Val-d'Oise), en banlieue parisienne. Aucune évacuation ou victimes n'ont été recensées dans l'immédiat.

• La France, qui prépare ses réouvertures la semaine prochaine, progresse vers le cap des 20 millions de premières injections à la mi-mai malgré la désaffection pour le vaccin d'AstraZeneca. Et cela ne risque pas de changer : ce vaccin doit en effet rester réservé aux plus de 55 ans, a jugé hier la Haute Autorité de santé.

10h35 : "L'hypothèse désormais c'est qu'il aurait pu prendre la fuite plus loin, au delà du périmètre de 15 km2 que nous fouillons depuis le départ", explique à l'AFP la porte-parole de la gendarmerie en Occitanie.

10h35 : "Susceptible d'être porteur d'une arme de poing (celle avec laquelle il aurait tué ses deux collègues de plusieurs balles dans la tête mardi matin) et d'une carabine de précision, il est considéré comme dangereux", insiste la gendarmerie, en appelant les éventuels témoins qui pourraient le croiser dans sa fuite à n'intervenir "en aucun cas" eux-mêmes mais à contacter les enquêteurs au 04.66.38.67.22.

11h22 : La gendarmerie lance un appel à témoins pour tenter d'arrêter le fugitif lourdement armé qui se cache dans la forêt cévenole depuis 48 heures. Il est suspecté d'avoir abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie où il était employé.

09h12 : Voici le point sur l'actualité à 9 heures :

La tension ne retombe pas en Israël. Tous les vols en direction de l'aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv sont déroutés jusqu'à nouvel ordre, annoncent les autorités aéroportuaires israéliennes, après plusieurs jours de tirs de roquettes depuis la bande de Gaza.

• La France, qui prépare ses réouvertures la semaine prochaine, progresse vers le cap des 20 millions de premières injections à la mi-mai malgré la désaffection pour le vaccin d'AstraZeneca. Et cela ne risque pas de changer : ce vaccin doit en effet rester réservé aux plus de 55 ans, a jugé hier la Haute Autorité de santé.

• Le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel, a appelé l'homme de 29 ans qui a fui dans la forêt, dans les Cévennes, après avoir tué son patron et un collègue, "à revenir à la raison, à déposer les armes". Voici ce que l'on sait sur la traque qui se poursuit.

• Paris s'est fait peur, mais passe quand même. Le Paris SG s'est qualifié hier soir pour la finale de la Coupe de France en battant Montpellier 2-2, 6 tirs au but à 5, à Montpellier.