DIRECT. Attaque de la mosquée de Bayonne : Macron condamne une "attaque odieuse" et s'engage à "protéger nos compatriotes de confession musulmane"

Un tireur a gravement blessé par balles deux personnes devant le lieu de culte, lundi. Un homme de 84 ans, ancien candidat du Front national à une élection locale, a été interpellé.

Des officiers de police devant la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) le 28 octobre 2019. 
Des officiers de police devant la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) le 28 octobre 2019.  (GAIZKA IROZ / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"La République ne tolérera jamais la haine" : Emmanuel Macron a réagi, sur Twitter, à l'attaque perpétrée devant la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), où un homme a ouvert le feu et gravement blessé deux personnes, lundi 28 octobre. Selon la préfecture, les victimes l'avaient surpris en train de tenter d'incendier la porte du lieu de culte. "Tout sera mis en œuvre pour punir les auteurs et protéger nos compatriotes de confession musulmane", promet le président de la République.

 Laurent Nunez à Bayonne. Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur s'est rendu sur place pour échanger avec les fidèles et le président de la mosquée, avant de rencontrer les policiers qui sont intervenus.

Le tireur arrêté. La préfecture a annoncé que l'auteur des tirs avait été rapidement interpellé à son domicile. Selon France Bleu Pays basque, il a alors tenté d'utiliser son pistolet avant d'être désarmé par un policier. Une bouteille de gaz a également été retrouvée dans son véhicule. Selon France Télévisions et France Bleu, il s'agit d'un retraité de 84 ans, Claude S., qui n'a pas d'antécédents judiciaires. Selon France Télévisions, il a reconnu les faits auprès des policiers, mais on ignore encore ses motivations.

Un ancien candidat du FN. Le Rassemblement national a confirmé dans un communiqué que le tireur avait été candidat du parti, sous son ancien nom, lors des élections départementales de 2015. Il avait depuis été écarté en raison de "propos jugés contraires à l'esprit et à la ligne politique" du RN. Lundi soir, Marine Le Pen a dénoncé un "acte inqualifiable absolument contraire à toutes les valeurs portées par [son] mouvement."

 Deux victimes hospitalisées. Deux hommes de 74 et 78 ans ont été touchés par balles et "gravement blessées", a indiqué la préfecture. Ils sont actuellement hospitalisés à l'hôpital de Bayonne.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BAYONNE

00h01 : Voici le dernier point sur l'actualité du jour :

Deux personnes ont été blessées par des coups de feu cet après-midi à la mosquée de Bayonne. Le tireur, Claude S., est âgé de 84 ans et est un ancien candidat FN aux élections départementales en 2015. Il a été interpellé. Voici ce que l'on sait de cette attaque.


Les députés britanniques ont à nouveau rejetté l'organisation d'élections le 12 décembre, voulue par Boris Johnson. Le Premier ministre a aussitôt annoncé préparer un nouveau vote pour tenter de convoquer des législatives anticipées.Plus d'informations dans cet article.


Lors du raid qui a conduit à la mort d'Abou Bakr Al-Baghdadi, deux hommes ont été capturés, a annoncé le chef d'état-major de l'armée américaine, le général Mark Milley. Le corps de l'ancien chef de l'EI a été immergé en mer a indiqué l'AFP se basant sur les propos d'un haut responsable du Pentagone. Plus de détails dans cet article.

Un nouveau mouvement de grève perturbe fortement le trafic des TGV Atlantique lundi. Une preuve supplémentaire des tensions au sein du groupe ferroviaire comme on l'explique dans cet article.

23h41 : Il est l'heure pour moi de vous proposer les articles les plus marquants que nous avons publiés aujourd'hui.

Une mosquée a été attaquée à Bayonne par un homme de 84 ans. Ce dernier a été par le passé candidat du Front national aux élections départementales. L'attaque a fait deux victimes. Tous les détails dans cet article.

En seulement quelques heures, les forces spéciales américaines ont réussi à authentifier Abou Bakr Al-Baghdadi, mort lors d'une opération militaire en Syrie.Comment les Américains ont réussi à identifier l'ancien chef de l'EI ? Réponse dans cet article.

Un nouveau mouvement de grève perturbe fortement le trafic des TGV Atlantique lundi. Une preuve supplémentaire des tensions au sein du groupe ferroviaire comme on l'explique dans cet article.

23h06 : L'homme qui a tiré sur une mosquée de Bayonne lundi et blessé grièvement deux personnes n'est pas connu des services de police, a appris franceinfo de source proche de l'enquête. Lors de son interpellation, il a reconnu être l'auteur des tirs. Ce sont des témoins qui ont relevé la plaque d'immatriculation de son véhicule, ce qui a permis aux policiers de l'interpeller devant son domicile.

22h41 : "S'en prendre à des fidèles est un acte odieux qui ne peut avoir sa place dans notre République".

Laurent Nunez s'est rendu à Bayonne et a tenu à rappeler que "les musulmans de France doivent pouvoir exercer leur culte en toute sécurité".

21h36 : Bonsoir @anonyme, vous avez raison Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, ne se rend pas à Bayonne car il se trouve "à Munich pour le G6 des ministres de l'Intérieur", a précisé le ministère. C'est donc Laurent Nunez, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, qui est sur place.

21h36 : Bonsoir FI. Savez-vous pourquoi Castaner ne se rend pas à Bayonne ?

20h54 : Laurent Nunez, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, se déplace à Bayonne après l'attaque devant la mosquée qui a fait deux blessés. Il rencontrera la communauté musulmane à 21h15 à la mosquée de Bayonne, puis se rendra à 21h45 au commissariat de Bayonne pour rencontrer les effectifs de la police nationale.

20h28 : "Pour moi c'est un attentat. Bayonne est une ville de tolérance. Nous sommes sous le choc après ce grave incident, d'autant plus qu'ici la communauté musulmane est un exemple d'intégration".

La ville de Bayonne va prêter une salle municipale (la salle Albizia) durant deux jours aux musulmans, le temps que les enquêteurs achèvent leur travail dans la mosquée, précise France Bleu Pays Basque sur Twitter.


20h02 : Voici ce qui fait l'actualité à 20 heures :

Deux personnes ont été blessées par des coups de feu cet après-midi à la mosquée de Bayonne. Le tireur, Claude S., est âgé de 84 ans et est un ancien candidat FN aux élections départementales en 2015. Il a été interpellé. Voici ce que l'on sait de cette attaque.


Selon la procureure de Strasbourg, les premiers examens effectués sur la dépouille de Sophie Le Tan révèlent que l'un des fémurs de l'étudiante avait été coupé par un "instrument". En revanche,"aucun élément ne permet aux enquêteurs de faire pour l'instant le lien avec Jean-Marc Reiser", le principal suspect.

Seulement 34% des TGV circuleront demain sur l'axe Paris-Atlantique. Les liaisons Paris-Rennes, Paris-Nantes et Paris-Bordeaux seront les plus fortement touchées. Tous les détails dans notre article.


Dans une lettre répondant aux 27 pays de l'Union européenne, le Premier ministre Boris Johnson demande aujourd'hui à l'UE d'exclure "un autre report après le 31 janvier". Le gouvernement présente aujourd'hui à la Chambre des communes une motion pour la tenue d'élections anticipées.

19h56 : "Je condamne avec fermeté l’attaque odieuse perpétrée devant la mosquée de Bayonne. J'adresse mes pensées aux victimes."

Emmanuel Macron a réagi à l'attaque à la mosquée de Bayonne, perpétrée par un ancien candidat aux départementales du Front national, qui a fait deux blessés graves.

19h46 : Bonsoir , nous avons quelques infos qui nous parviennent d'une source proche du dossier. Ces personnes sont âgées de 74 et 78 ans et ont été hospitalisées dans un état grave.

19h42 : Des nouvelles sur l'état de santé des deux blessés de Bayonne dans l'attentat à la mosquée ?

19h38 : "Avec le climat actuel de stigmatisation de l'islam et des musulmans, il ne faut pas s'étonner que de tels actes puissent arriver".

Il condamne également cet "acte criminel" et précise que l'inquiétude "est grande au sein de la communauté musulmane" de Bayonne, où un octogénaire, ancien candidat Front national (devenu Rassemblement national) aux élections départementales de 2015, a tenté aujourd'hui d'incendier la mosquée avant de viser et de blesser grièvement par des tirs deux septuagénaires qui l'avaient surpris.


19h25 : Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, se rend ce soir à Bayonne, après les tirs devant la mosquée qui ont fait deux blessés, selon nos informations.

19h22 : Le Rassemblement national "condamne avec la plus grande fermeté l'attaque de la mosquée de Bayonne". Le parti confirme que l'auteur des faits a été candidat "lors des élections départementales 2015 dans le département des Landes". Il précise aussi qu'à l'issue du scrutin, il avait été écarté de sa fédération départementale "pour avoir tenu des propos jugés contraires à l'esprit et à la ligne politique du Rassemblement national". Selon le RN, l'auteur des faits n'est plus adhérent du parti.

19h04 : Au premier tour des élections départementales de 2015, le binôme dont faisait partie le suspect interpellé avait récolté 18,24% des voix dans la commune de Saint-André-de-Seignanx, comme le précise les résultats publiés sur Le Monde.

18h40 : Sur CNews, l'élu RN Nicolas Bay confirme que le suspect était bien un ancien candidat du FN, comme le montre le journaliste David Perrotin sur Twitter. Il ajoute qu'il "avait quitté le parti en indiquant que les idées du FN ne lui correspondaient pas. C'est un extrémiste qui n'avait rien à faire dans nos rangs et qui est parti".

18h37 : Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national, a réagi après l'attaque à Bayonne. C'est, selon elle, "un acte inqualifiable". Sur Twitter, elle demande la "sévérité la plus totale".

18h37 : Bonsoir @anonyme, effectivement vous avez raison. Le suspect interpellé, Claude S., 84 ans, est un retraité de l'Education nationale et également un ancien candidat du Front national pour les élections départementales de 2015, rapporte France Bleu Pays basque. C'est un tireur sportif et une bouteille de gaz et de l'essence ont été retrouvées dans son véhicule. Son passé de militaire est également confirmé, selon les propos d'une source proche de l'enquête à franceinfo.

18h35 : L'homme arrêté a été candidat aux départementales en 2015 sous l'étiquette du FN ? VRAI ?

18h10 : Voici ce qui fait l'actualité à 18 heures :

Selon la procureure de Strasbourg, les premiers examens effectués sur la dépouille de Sophie Le Tan révèlent que l'un des fémurs de l'étudiante avait été coupé par un "instrument". En revanche,"aucun élément ne permet aux enquêteurs de faire pour l'instant le lien avec Jean-Marc Reiser", le principal suspect.

Deux personnes ont été blessées par des coups de feu cet après-midi à la mosquée de Bayonne. Le tireur présumé a été interpellé.

Seulement 34% des TGV circuleront demain sur l'axe Paris-Atlantique. Les liaisons Paris-Rennes, Paris-Nantes et Paris-Bordeaux seront les plus fortement touchées. Tous les détails dans notre article.


Une sur deux. La justice accepte la première demande de remise en liberté de Patrick Balkany. Mais l'ancien maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) reste incarcéré à la prison de la Santé pour le moment. Pour qu'il puisse sortir définitivement, il faut maintenant que les juges donnent leur feu vert à sa deuxième demande de mise en liberté. Les détails dans notre article.

17h56 : "Solidarité et soutien à la communauté musulmane dont je mesure le choc et l’effroi."

Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner réagit aux coups de feu tirés à la mosquée de Bayonne cet après-midi.

17h36 : "Le harcèlement contre les musulmans a produit son effet", "un fou a tiré." Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon réagit aux coups de feu tirés à la mosquée de Bayonne cet après-midi.

17h18 : Les deux hommes gravement blessés par balle sont "âgés de 74 et 78 ans". Ils ont été évacués vers le centre hospitalier de Bayonne. Deux cellules d'urgence médico-psychologique (CUMP) ont été mises en place, une à l'hôpital de Bayonne et une autre sur place à la mosquée. Tous les détails dans notre article.

17h10 : On en sait plus sur les coups de feu qui ont retenti à la mosquée de Bayonne cet après-midi. Selon la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, tout a commencé à 15h20 quand "un homme a tenté d’incendier la porte de la mosquée". "Surpris dans sa tentative par deux personnes, l'homme leur a tiré dessus, apprend-on. L'individu, en repartant, a incendié un véhicule automobile." Il a été interpellé à son domicile dans les Landes.

16h38 : Sur Twitter, la police de Bayonne confirme à l'instant une intervention de police en cours, rue Joseph Latxague.



(GOOGLE MAPS)

16h41 : Une personne a été interpellée mais nous n'avons pas de détails sur son profil. On ne sait pas non plus si les coups de feu ont eu lieu à l'intérieur ou à l'extérieur de la mosquée. Nous vous tenons évidemment au courant.

16h32 : @anonyme : selon les toutes premières informations que France Télévisions a obtenues auprès de la police, deux personnes ont été blessées après des coups de feu tirés à la mosquée de Bayonne.

16h28 : Attentat à Bayonne à la mosquée ?