DIRECT. Violences xénophobes à Ajaccio : le préfet de Corse demande aux manifestants de "cesser ces mouvements"

Samedi après-midi, de nouvelles manifestations se sont déroulées dans un quartier sensible d'Ajaccio, en représailles à l'agression de pompiers et de policiers.

FRANCE 3
Ce qu'il faut savoir

"On est toujours là", scandaient, samedi 26 décembre, des manifestants venus dans le quartier des Jardins de l'Empereur, à Ajaccio (Corse-du-Sud). Un groupe a en outre forcé un barrage policier pour rejoindre le quartier, selon France 3 Corse ViaStella. La veille déjà, un rassemblement d'environ 600 personnes a dégénéré, quand certains manifestants ont attaqué une salle de prière musulmane et ont tenté de brûler des exemplaires du Coran. Ils protestaient contre l'agression de deux pompiers et un policier la veille pris, pour cible dans un "guet-apens", selon la préfecture.

Voici l'essentiel des dernières informations :

Le préfet de Corse demande aux manifestants de cesser le mouvement. "J'ai reçu une délégation pour leur demander de cesser ces mouvements et cette démonstration qui donne un image désastreuse de la Corse", a déclaré Christophe Mirmand, à l'issue d'une rencontre avec des manifestants qui se sont dits satisfaits des engagements du représentant de l'Etat.

Des manifestations dans plusieurs quartiers sensibles. Les manifestants se sont à nouveau rendus samedi après-midi dans le quartier des Jardins de l'Empereur, en clamant des slogans racistes : "Arabi fora" (les Arabes dehors), "On est chez nous" ou encore "Sales Arabes, montrez-vous", selon France 3 Corse. Des groupes se sont ensuite rendus dans quartier Saint-Jean et celui des Cannes.

Salle de prière saccagée, corans brûlés, restaurant kebab dégradé. Vendredi, ces manifestations ont déjà dégénéré, dans le quartier sensible des Jardins de l'Empereur. Retrouvez dans cet article, ce que l'on sait des échauffourées et du "guet-apens" qui les a provoquées.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #AJACCIO

22h13 : Selon i-Télé, le préfet de Corse va prendre "dans la soirée" un arrêté pour interdire les manifestations à Ajaccio dans le quartier où ont eu lieu les incidents.

20h53 : Pierre Poggioli, ancien leader du Front de libération national corse, réagit sur i-Télé. "Il faut condamner ce saccage de salle de prière", dit-il.

20h46 : "J'ai reçu une délégation pour leur demander de cesser ces mouvements et cette démonstration qui donne une image désastreuse de la Corse."

Le préfet de Corse appelle au calme après deux jours de manifestations. Les manifestants qui ont rencontré le préfet se sont dits satisfaits des engagements du représentant de l'Etat.

20h27 : Le préfet de Corse demande de cesser les manifestations.

20h14 : Vous n'avez pas suivi les événements qui agitent Ajaccio ? France 3 revient sur l'escalade de la violence de ces dernières 48 heures.


(FRANCE 3)

20h05 : "On est chez nous", "Arabes dehors"... Pour la deuxième journée consécutive, une centaine de manifestants sont descendus dans les rues d'Ajaccio pour protester dans plusieurs quartiers populaires de la ville contre l'agression de deux pompiers et d'un policier durant la nuit de Noël.


(FRANCE 3)

19h20 : Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, est l'invité de France 3 Corse. Il condamne les actes qui ont eu lieu à Ajaccio et annonce qu'il se rendra lundi dans le quartier des Jardins de l'Empereur.

18h04 : France 3 Corse rapporte que les manifestants se dirigent vers un autre "quartier sensible" de la ville.

17h53 : "On a vraiment frôlé la catastrophe, il aurait pu y avoir des morts."

L'un des deux pompiers blessés dans un guet-apens tendu dans la nuit de jeudi à vendredi dans une cité d'Ajaccio a témoigne sur i-Télé. "Nous avons été pris dans un véritable guet-apens par une vingtaine de personnes armées de barre de fer, de battes de baseball, cagoulés", raconte-t-il.

16h51 : Bloqués par les forces de l'ordre, les manifestants choisissent maintenant de se rendre dans d'autres "quartiers à problèmes".

16h53 : @anonyme Je ne dispose pas d'éléments précis permettant de vous dire qui sont les personnes qui manifestent en ce moment à Ajaccio. Elles sont un peu plus d'une centaine. En revanche, il est certain qu'elles manifestent contre les agresseurs qui ont blessé deux pompiers et un policier dans la nuit du 24 au 25 décembre lors d'un "guet-apens".

16h42 : Qui sont les manifestants à Ajaccio ? Et contre quoi manifestent-ils ?

16h21 : De son côté, France 3 Corse poste une photo montrant l'important dispositif de sécurité mis en place aux Jardins de l'Empereur.

16h19 : Une journaliste de RMC qui se trouve à Ajaccio partage des photos de la manifestation en cours. Le climat est toujours tendu.

15h43 : France 3 Corse Viastella est aussi sur place à Ajaccio. Son compte Twitter évoque des débuts d'échauffourées entre manifestants et forces de l'ordre.

15h33 : D'après des journalistes sur place, des personnes convergent à nouveau vers le quartier des Jardins de l'Empereur, à Ajaccio, où une salle de prière musulmane a été saccagée hier, en représailles d'un guet-apens visant des pompiers le soir de Noël.

14h08 : L’évêque d'Ajaccio, Mgr Olivier de Germay, appelle à "préserver la paix", dans un communiqué. Il demande de "ne pas faire l'amalgame entre la communauté musulmane et quelques délinquants qui doivent être sanctionnés par la justice".