Dijon : une centaine de gendarmes et de policiers envoyés en renfort pour faire baisser les violences

Depuis trois nuits, la ville de Dijon (Côte-d’Or) connaît des violences inédites. Une série d’expéditions punitives menées par des dizaines de Tchétchènes, pour venger l’un des leurs, agressé récemment.

France 3

Dimanche 14 juin, quartier des Grésilles, à Dijon (Côte-d’Or), une voiture fonce sur un groupe d’individus. Après plusieurs tonneaux, le véhicule termine sa course un peu plus loin. Des hommes cagoulés et armés sont venus en découdre avec les habitants du quartier. Seul le chauffeur est blessé, il a été hospitalisé. C’est la troisième nuit d’affrontement entre bandes des communautés tchétchènes et maghrébines.

Affrontements entre bandes

Tout commence vendredi 12 juin après l’agression d’un jeune tchétchène, au centre de Dijon. Depuis, chaque soir, une centaine de membres de sa communauté arpentent les rues de la ville pour, disent-ils, le venger. En trois jours, ces affrontements entre bandes rivales ont fait douze blessés. Le parquet a ouvert une enquête pour comprendre l’origine de ces violences. Une situation tout aussi préoccupante pour les policiers locaux. C’est la première fois qu’ils doivent faire face à des gangs venus parfois de très loin.


Le JT
Les autres sujets du JT
L\'intervention des policiers visée par l\'IGPN a eu lieu samedi 6 juin près du Vieux-Port de Marseille, dans les Bouches-du-Rhône. (photo d\'illustration)
L'intervention des policiers visée par l'IGPN a eu lieu samedi 6 juin près du Vieux-Port de Marseille, dans les Bouches-du-Rhône. (photo d'illustration) (DENIS CHARLET / AFP)