VIDEO. Les rixes entre bandes, un phénomène en augmentation ?

Les drames survenus lundi 22 et mardi 23 février dans l’Essonne interviennent un mois après l’agression de Yuriy, 15 ans, lynché le 15 janvier à Paris dans le cadre d’un règlement de compte. Le phénomène est-il en train de prendre de l’ampleur ? 

FRANCE 2

Les affrontements entre bandes rivales sont-ils en augmentation ? Les rixes seraient selon le ministère de l’Intérieur reparties à la hausse depuis environ sept ans. 357 affrontements entre bandes ont été recensés en 2020, soit une hausse de 24 % en moyenne par rapport à l’année précédente. L’Île-de-France concentre 80 % des affaires. L’Essonne est le premier département concerné. "C’est un territoire qui mêle effectivement des cités, des territoires très urbains, des quartiers difficiles qui ont souvent un historique de rivalités...", indique Léo Moreau, du syndicat des cadres de la sécurité intérieure.

Des agressions plus violentes

Les personnes concernées par ces affaires sont en majorité des hommes jeunes, mineurs dans 70 % des cas, avec un âge moyen de 17 ans et deux mois. Pour Alain Bauer, professeur de criminologie au conservatoire des Arts et Métiers (Paris), tout ou presque pourrait être motif à une rixe, comme "le trafic de stupéfiants, le regard, la provocation". Les bandes semblent également plus violentes, avec 41 personnes touchées par arme blanche, et 68 par des armes par destination comme des battes de base-ball ou des marteaux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Cette opération a mobilisé 170 militaires de la gendarmerie, dont cinq équipes cynophiles dédiées à la recherche de stupéfiants, d\'armes et de billets de banque.
Cette opération a mobilisé 170 militaires de la gendarmerie, dont cinq équipes cynophiles dédiées à la recherche de stupéfiants, d'armes et de billets de banque. (MARTIN BUREAU / AFP)