Cet article date de plus de huit ans.

De la mousse au chocolat jetée à la poubelle, pour cause de gélatine de porc

Quelque 8.500 portions de mousse au chocolat, confectionnées dans les 67 cantines scolaires du Havre pour les enfants des écoles primaires et maternelles, ont été jetées. Elles contenaient de la gélatine animale, notamment de porc.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Environ 8.500 portions
de mousse au chocolat sont parties à la poubelle. Elles avaient été
confectionnées sur place, dans les 67 cantines scolaires du Havre et étaient
destinées aux écoliers.

Présence de gélatine de
porc

La mesure a été prise à
la dernière minute en raison de l'inquiétude des personnels des cuisines, car
la gélatine animale utilisée pour la confection de mousse au chocolat est
souvent réalisée à base de porc, et donc interdite à la consommation par
plusieurs religions.

Les desserts "peuvent
à l'occasion contenir de la gélatine animale
", a confirmé Philippe Brunel,
directeur général adjoint au développement social et à la famille de la mairie
du Havre.

Un gâchis alimentaire ?

Yves Bertrand,
conseiller municipal (PRG), a réclamé l'ouverture d'une commission d'enquête
municipale. Pour lui,  "les
principes de laïcité de l'action publique, et donc de stricte neutralité dans
la confection des repas, doivent aussi s'appliquer dans les cuisines municipales
de l'école publique
".

Pour lui, une seule
règle doit primer : "le respect de l'hygiène alimentaire et rien
d'autre
". "Tout autre considérant relève de telle ou telle religion
et appartient au domaine privé. Cela n'a donc rien à faire dans les cantines,
ni dans les choix des produits, ni dans la confection des repas
", a ajouté
le conseiller municipal, dénonçant "un gâchis alimentaire et financier
scandaleux au moment où les Restos du coeur et les autres associations
caritatives se démènent pour aider à l'alimentation de plus en plus de nos
concitoyens
".

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.