Vidéo Quartiers Nord de Marseille : Nasser a échappé au business de la drogue… mais pas l'adolescent à quelques mètres de lui

Publié Mis à jour
Envoyé spécial. A Marseille, Nasser a échappé au business de la drogue  mais pas l'adolescent  à quelques mètres de lui
Article rédigé par
France Télévisions

Dans les quartiers Nord de Marseille, la cité Bassens. C'est ici que le président Macron a débuté le 1er septembre 2021 une visite de trois jours. Dès le lendemain, les petites mains du trafic de cannabis avaient repris leur poste. "Envoyé spécial" y a rencontré Nasser, 22 ans.

Ici, les prix du cannabis s'affichent sur les murs, à la vue de tous. Les clients sont servis directement dans leur voiture par les dealers. "C'est le drive de Bassens, explique Nasser, 22 ans, à "Envoyé spécial". C'est connu pour ça, Bassens, c'est connu pour sa drogue." La cité Bassens, dans les quartiers Nord de Marseille, où Emmanuel Macron a débuté le 1er septembre 2021 une visite de trois jours... Dans cet extrait d'un reportage à voir le 16 septembre, nous sommes le 2, et les trafics ont déjà repris.

Le "drive de Bassens", un point de vente connu

Nasser est au chômage et a besoin d'argent, ce qui pourrait faire de lui une proie idéale pour les réseaux de trafiquants. Mais "ça ne [l']intéresse pas du tout, affirme-t-il. Je suis pas fait pour faire ça. C'est quelque chose qui ne m'est pas venu du tout à l'esprit." Comment a-t-il fait pour échapper à ce qui ressemble trop souvent à une fatalité pour "les jeunes des quartiers" ? Le jeune homme est conscient d'avoir eu de la chance, "des parents qui étaient derrière, l'échappatoire de rentrer dans une école spécialisée".

Pourquoi lui, et pas l'adolescent à capuche qui, à quelques mètres de la caméra, fait visiblement le guet pour les trafiquants ? "Peut-être que ce jeune homme, ses parents sont divorcés, peut-être que sa maman, elle est toute seule et que c'est le cadet de la famille… (...) Peut-être qu'il n'y a pas à manger dans l'assiette tous les soirs quand il rentre à la maison..." 

Un "job d'été" payé 150 euros la journée

Romain Boutilly est allé tendre le micro au jeune guetteur, un "job d'été" payé 150 euros la journée, explique l'adolescent. A 17 ans, il a pris le train à Montpellier direction "la capitale de la drogue". "Après, raconte-t-il, c'est la démerde : on trouve un appart, on dort dans une voiture, et voilà..." Sa famille ne sait pas qu'il est là, il ne l'a dit à personne : "C'est pas une fierté non plus, de faire ça… C'est vrai que c'est mieux d'aller travailler…"

Cette activité qui peut rapporter "dans les 2 000 euros" (par mois) n'est pas sans risque, lui fait remarquer le journaliste. Cet été, par exemple, un jeune a été abattu dans la cité Bassens. Ne pense-t-il pas que ça pourrait lui arriver ? "Bah si, totalement, bien sûr", répond l'adolescent, pas dissuadé "plus que ça".

Extrait de "Marseille : la jeunesse rêve encore", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 16 septembre 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Criminalité à Marseille

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.