Cet article date de plus de huit ans.

Marseille : Ayrault annonce vingt-quatre policiers de plus et une compagnie de CRS

Le Premier ministre a expliqué qu'il voulait s'attaquer "à la racine du mal", mardi, lors d'un déplacement dans la cité phocéenne, au lendemain d'un énième règlement de comptes sur fond de trafic de drogue.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault (à droite), accompagné du ministre de l'Intérieur Manuel Valls, répond à des journalistes, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 20 août 2013. (BORIS HORVAT / AFP)

Vingt-quatre policiers supplémentaires et une compagnie de CRS. C'est le renfort annoncé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, mardi 20 août, lors d'un déplacement à Marseille (Bouches-du-Rhône). Le chef du gouvernement s'est rendu sur place au lendemain d'un énième règlement de comptes. Il a officialisé ce dispositif lors d'une conférence de presse, après une série de réunions à la préfecture avec le corps préfectoral et les responsables des services de sécurité, ainsi qu'avec les parlementaires et les maires des arrondissements de Marseille.

"La compagnie de CRS sera en place dès demain [mercredi] matin dans la ville, a précisé Jean-Marc Ayrault. "Il faut s'attaquer à la racine du mal, et c'est ce que nous sommes en train de faire", a-t-il ajouté.

"Casser les gangs et l'économie souterraine"

"L'urgence, ce à quoi nous nous sommes attaqués depuis un an, c'est la question de la sécurité", a également déclaré le chef du gouvernement. Il a assuré prendre "à bras le corps" le problème de l'insécurité et des trafics de drogue à Marseille : "Ce que je voudrais rappeler, c'est que le gouvernement est engagé avec détermination pour faire reculer la violence, la délinquance et le crime à Marseille et dans la région." Et de lancer : "Nous sommes en train de secouer le cocotier et on s'attaque au portefeuille [des trafiquants]."

Jean-Marc Ayrault s'est dit "déterminé à casser les gangs et l'économie souterraine", reconnaissant que "ce travail en profondeur" est "le plus difficile". Mais d'après le Premier ministre, l'action du gouvernement ne vise pas seulement la criminalité. "Il faut encore amplifier le mouvement parce que l'objectif c'est d'assurer la sécurité de tous les Marseillais, assurer aussi le retour de la confiance, de la perspective d'avenir pour cette grande métropole de Marseille."

France Télévisions

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Criminalité à Marseille

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.