VIDEO. Crash en Argentine : la collision en plein ciel, la hantise des pilotes d'hélicoptères

Lorsqu'ils volent en formation serrée, les pilotes ne peuvent compter que sur leurs yeux pour se repérer.

FRANCE 2

Après le crash d'hélicoptères en Argentine, qui a coûté la vie à huit Français et deux Argentins sur le tournage d'un d'un jeu télé, une enquête a été ouverte à Paris pour homicide involontaire. Deux enquêteurs du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), chargé de mener des investigations techniques sur les accidents d'avions, doivent se rendre, mardi 10 mars, sur place.

>> Crash en Argentine : suivez les réactions dans notre direct

Sauf exception, les hélicoptères ne sont pas équipés de radar ou d'instruments de vol permettant de détecter un obstacle ou un autre appareil. Les pilotes ne peuvent compter que sur leurs yeux pour se repérer alors que lorsqu'ils volent en formation serrée, ils ne se déplacent qu'avec une dizaine de mètres d'écart. C'est pour cette raison qu'ils ne décollent pas lorsque la visibilité n'est pas assez bonne.

"Un endroit pas facile pour voler"

"Il peut arriver que lorsque les deux hélicoptères décollent en même temps, l'un ne voit pas l'autre, explique à France 2, Gérard Feldzer, spécialiste en aéronautique. Dans ce cas, c'est la collision et c'est très grave. Lorsque le rotor tourne, les pales tournent à plus de 400 km/h, et là [en cas de collision] ça détruit instantanément l'un et l'autre."

Dans la région où le drame a eu lieu, certains évoquent un éventuel problème lié au vent. "C'est en altitude, il y a une aérologie très spéciale donc c'est un endroit pas facile pour voler", commente un caméraman du Paris-Dakar qui connaît bien le secteur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux hélicoptères volent en binôme au-dessus de Paris.
Deux hélicoptères volent en binôme au-dessus de Paris. ( FRANCE 2)