Crash de la Germanwings : la 2e boîte noire conforte l'acte délibéré

Les premières analyses du second enregistreur de vol de l’A320 ont confirmé vendredi un acte volontaire. Selon le BEA, l’avion a été programmé par le pilote pour descendre à une vitesse accélérée.

(La seconde boîte noire de l'A320 confirme l'hypothèse d'un acte délibéré © MaxPPP)

Découverte jeudi, la seconde boîte noire de l’A320 de la Germanwings a été examinée au plus vite par le Bureau d’études et d’analyses. Tous les éléments que contient l’enregistreur de vols n’ont pas encore été étudiés, mais le BEA est en mesure de conforter l'hypothèse déjà bien étayée d'une action volontaire du pilote qui était seul aux commandes au-dessus des Alpes. 

A LIRE AUSSI ►►►Crash de la Germanwings : la seconde boîte noire de l'A 320 retrouvée

Une descente choisie

La descente de l'avion a été programmée et choisie, selon un scénario qui sera peu à peu précisé. Mais les premières indications lèvent les derniers doutes sur l'intention suicidaire du copilote, même s'il n'est pas pas ainsi désigné par les enquêteurs du BEA. Dans un communiqué, le Bureau d’études et d’analyses (BEA) a ainsi résumé la dizaine de minutes fatale aux 150 personnes à bord de l'A320 qui s'est écrasé le 24 mars dans les Alpes-de Haute-Provence. "Une première lecture fait apparaître que le pilote présent dans le cockpit a utilisé le pilote automatique pour engager l'avion en descente vers une altitude de 100 pieds puis, à plusieurs reprises au cours de la descente, le pilote a modifié le réglage du pilote automatique pour augmenter la vitesse de l'avion en descente".

La seconde boîte noire contient 500 paramètres liés à la vitesse, à l'altitude ou encore aux moteurs de l'avion. Une analyse plus approfondie des données permettra au final d’établir précisément le déroulé du vol qui devait relier Barcelone à Düsseldorf.