Ce que l'on sait de l'effondrement d'un immeuble à Sanary-sur-Mer, qui a fait au moins deux morts

L'explosion pourrait être due à un problème de gaz. Une personne est toujours recherchée dans les décombres.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les décombres de l'immeuble, vus depuis le port de Sanary-sur-Mer (Var), le 7 décembre 2021. (NICOLAS TUCAT / AFP)

La détonation a été entendue à des kilomètres à la ronde. Une explosion a provoqué l'effondrement d'un immeuble de trois étages à Sanary-sur-Mer (Var), très tôt mardi 7 décembre. On ignore son origine, même si une odeur de gaz a été remarquée par les secours en arrivant sur place.

Après la découverte d'un corps d'un homme mardi, une deuxième victime, une octogénaire, a été retrouvée tôt mercredi matin. Son fils est toujours recherché. Cinq blessés ont également été recensés, dont une mère et un bébé sortis des décombres. Franceinfo résume ce que l'on sait pour l'instant de ce drame.

Quel est le bilan de cet effondrement ?

Deux corps sans vie ont été dégagés des décombres : celui d'un homme de 30 ans mardi dans la matinée, et celui d'une femme de 82 ans mercredi, vers 3h40, après une nuit de recherches ininterrompues. Une autre personne est toujours recherchée : le fils de la cette octogénaire. Agé d'une quarantaine d'années, il résidait avec elle au premier étage.

Mardi, plusieurs heures après l'effondrement de l'immeuble, une femme et son bébé avaient été retrouvés, blessés mais vivants. L'homme retrouvé mort un peu plus tard était le père de l'enfant, a confirmé le procureur par intérim de Toulon, Dominique Mirkovic. Il a été mortellement touché par la chute d'une structure du toit. Trois autres occupants de l'immeuble, légèrement blessés, avaient été rapidement évacués dès l'arrivée des secours mardi matin.

Les opérations de recherche ont mobilisé deux équipes médicales et une centaine de sapeurs-pompiers, dont certains venus des Bouches-du-Rhône. On compte parmi eux des équipes spécialisées dans le déblaiement et le sauvetage, notamment des équipes cynophiles.

Quelle est la cause de l'explosion ?

Situé sur le port de Sanary-sur-Mer, entre deux crêperies, l'immeuble de trois étages n'est plus qu'un amas de décombres. Il s'est effondré après une explosion qui s'est produite vers 3h50 du matin, dans la nuit de lundi à mardi. "Des personnes ont entendu un gros 'boum', a raconté un policier à l'AFP. Le bruit a été entendu très loin, jusqu'à Six-Fours, soit à plus de 8 km." Des images de vidéosurveillance montrent la déflagration, a précisé le procureur.

Une enquête pour déterminer les causes de la mort a été ouverte mardi par le parquet de Toulon. Les causes de l'explosion restent inconnues. Mais, selon la préfecture, "les secours arrivés sur place ont détecté une forte odeur de gaz". L'alimentation en gaz a été coupée dans tout le périmètre autour du bâtiment.

"C'est un immeuble qui ne présentait pas de risques particuliers et qui était en bon état", a affirmé la sous-préfète du Var, Audrey Graffault, à BFMTV. Il n'était frappé d'aucun arrêté de péril, a confirmé le procureur. Ce bâtiment de trois étages se trouve rue Jean Jaurès, au cœur de cette commune touristique de 15 000 habitants sur le littoral méditerranéen.

Deux immeubles situés de part et d'autres de celui qui a été détruit par l'explosion ont également été endommagés par le souffle. Ils ont été évacués et leurs occupants ont été accueillis dans un gymnase, précise la préfecture.

Quelles sont les réactions ?

Le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, a commenté sur Twitter les "terribles images" de l'immeuble effondré.

Hubert Falco, le maire de Toulon, la préfecture du Var, a également exprimé son "effroi".

"L'émotion est générale", a déclaré mardi le maire de Sanary-sur-Mer, Daniel Alsters. Une cellule d'aide psychologique a été ouverte à la mairie et "toutes les manifestations de Noël prévues cette semaine ont été annulées".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.