Ce que l'on sait de l'attaque à la voiture contre trois étudiants à Blagnac

Un automobiliste a foncé "délibérément" sur des passants à Blagnac, près de Toulouse (Haute-Garonne), vendredi 10 novembre, blessant trois étudiants chinois. Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait de cette attaque. 

La police déployée autour du campus IGS, le 10 novembre 2017, à Blagnac (Haute-Garonne), après qu\'un conducteur a foncé sur des piétons au volant de sa voiture.
La police déployée autour du campus IGS, le 10 novembre 2017, à Blagnac (Haute-Garonne), après qu'un conducteur a foncé sur des piétons au volant de sa voiture. (FREDERIC SCHEIBER / EPA)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'homme préparait ce projet d'attaque depuis près d'"un mois", selon le procureur de la République de Toulouse, Pierre-Yves Couilleau. Un automobiliste a fauché "délibérément" des passants à Blagnac, ville voisine de Toulouse (Haute-Garonne), peu avant 16 heures, vendredi 10 novembre. Trois étudiants chinois ont été blessés, dont une grièvement. Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait de cette attaque. 

Que s'est-il passé ?

Vendredi après-midi, un automobiliste a foncé sur un groupe de trois étudiants qui traversaient un passage piéton route de Grenade, dans un quartier résidentiel de Blagnac, selon la police toulousaine. Les personnes fauchées, des ressortissants chinois, sont étudiants à l'Institut de gestion sociale (IGS), spécialisé dans la formation en alternance. 

"Nous avons été avisés à 15h45 qu'un homme au volant de son véhicule Clio avait foncé volontairement sur trois personnes", a annoncé le procureur. Les faits se sont déroulés devant le campus de l'IGS. Selon le magistrat, le conducteur avait "indiqué qu'il souhaitait renverser ces personnes".

Selon les informations de franceinfo, l'automobiliste a poursuivi sa route après le choc, avant d'être pris en chasse par la police municipale. Il a été interpellé quelques minutes plus tard. 

Quel est le bilan ?

Les trois personnes fauchées ont été blessées. Une jeune femme de 23 ans souffre de blessures graves, un traumatisme thoracique et une blessure à la jambe, sans que son pronostic vital soit engagé.

Un jeune homme de 22 ans souffre d'un traumatisme crânien. Une jeune femme de 23 ans a, elle, été légèrement blessée. Tous trois ont été hospitalisés à l'hôpital Purpan de Toulouse. L'un d'eux est ressorti de l'hôpital en fin de journée, a précisé le procureur.

Selon une source policière, une autre jeune femme de nationalité française, témoin de la scène, a été choquée. 

Où en est l'enquête ?

Selon France Bleu Toulouse, une enquête a été ouverte pour "tentative d'assassinat". "Nous avons saisi la police judiciaire et ouvert une enquête pour tentative d'assassinat puisque [le suspect] nous dit qu'il avait pour projet de faucher des personnes avec son véhicule depuis un mois", a déclaré le procureur de la République de Toulouse vendredi.

Le parquet a confié l'enquête au service régional de police judiciaire de Toulouse. L'absence de saisine de la section antiterroriste du parquet de Paris laisse entendre que ces faits ne sont, pour le moment, pas considérés comme étant liés à une action terroriste. Pour le procureur, il n'y a à ce stade "rien de cet ordre-là". "Ce qui domine à cet instant, c’est son profil psychiatrique", a déclaré Pierre-Yves Couilleau.  

Selon le parquet de Toulouse, l'individu, âgé de 28 ans, était recherché pour des faits de droit commun. "Cet homme célibataire, sans enfant, vivant chez sa mère à Blagnac, a été condamné à plusieurs reprises", a annoncé le parquet dans un communiqué vendredi. Il n'était pas fiché S, ni signalé au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), selon les informations de franceinfo. L'homme était suivi pour de lourds antécédents psychiatriques et avait été hospitalisé d'office jusqu'en décembre 2016, a précisé le parquet. 

Quelles sont les réactions ?

En déplacement à Toulouse vendredi, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, s'est brièvement rendue sur les lieux de l'attaque. 

Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a exprimé son "soutien aux jeunes blessés à Blagnac, immédiatement pris en charge par nos services de secours". Le ministre a également salué "la réactivité" de la police, après l'interpellation du suspect. 

Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, s'est quant à lui dit "très choqué".