Carcassonne : sorti de quarante jours de coma, un fuyard a été mis en examen pour avoir blessé un policier

Souffrant de fièvre, le suspect n'a pas pu être entendu sur les faits, et a été de nouveau hospitalisé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le tribunal de Narbonne (Aude), le 9 décembre 2019. (MAXPPP)

L'homme qui avait heurté un policier en tentant de fuir un contrôle de police fin juin à Carcassonne (Aude) a été mis en examen pour tentative d'homicide, a appris l'AFP auprès du parquet de Narbonne (Aude) samedi 6 août. Grièvement blessé lors de la course-poursuite, l'homme a été présenté au parquet mardi dans son fauteuil roulant, sous oxygène, relate son avocat, Franck Alberti. Il s'était réveillé de quarante jours de coma. Mis en examen pour "tentative de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique", le chauffard a été placé sous contrôle judiciaire.

L'homme a ensuite été de nouveau hospitalisé au CHU de Purpan, à Toulouse (Haute-Garonne), en raison d'une forte fièvre inexpliquée. Il n'a pas pu être entendu sur les faits en raison de son état. Le parquet, qui avait requis son placement en détention provisoire, a fait appel.

L'IGPN a été saisie

Le chauffeur d'une quarantaine d'années s'était engagé dans une course poursuite dans les rues étroites du centre de Carcassonne, jeudi 23 juin. Il avait légèrement blessé un policier, tandis que lui-même avait été grièvement touché par arme à feu.

Sa famille avait par la suite porté plainte auprès du parquet de Carcassonne pour coups et blessures volontaires. S'appuyant sur une vidéo de l'interpellation tournée par un riverain, ses proches affirment qu'il a été touché par les tirs alors qu'il était déjà sorti de son véhicule. L'inspection générale de la police nationale de Marseille a alors été saisie du chef de "violences volontaires avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.