Cet article date de plus de neuf ans.

Calais : quinze clandestins libérés d'une citerne

Quinze ressortissants étrangers qui souhaitaient rejoindre clandestinement la Grande-Bretagne ont été délivrés par la police du conteneur dans lequel ils avaient été enfermés par leur passeur.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Pascal Rossignol Reuters)

Un peu avant 8h
mercredi, le téléphone sonne au standard de la sécurité publique départementale.
C'est l'appel d'un homme qui explique comme il le peut, avec son portable, qu'il étouffe avec d'autres dans un conteneur, enfermés malgré
eux par le passeur qui devait les conduire vers la Grande-Bretagne. Un complice
devait les libérer à leur arrivée sur le sol anglais. Puis l'air a manqué. Après
une attente interminable de six heures dans une citerne remplie au trois quart
de poudre de PVC, ils décident d'appeler la police. Celle-ci localise le
portable émetteur : trois quart d'heure plus tard, les malheureux sont libérés dans
une zone industrielle de Calais, au nord de la France.

Les neuf Iraniens, dont
une femme, six Syriens et un Pakistanais ont été admis en observation à
l'hôpital : ils sont sains et saufs.

Parce qu'il avait
entendu du bruit sur la paroi de sa citerne, le chauffeur du poids lourd appelait
la police dans l'intervalle, déclenchant l'intervention concomitante de la
police aux frontières : en situation irrégulière, ils sont entendus par
les enquêteurs depuis mardi.

A Calais, régulièrement,
des passeurs font monter des clandestins de nuit à bord des camions qui
transportent des marchandises vers la Grande-Bretagne. Et souvent, les
chauffeurs ne sont pas au courant de leur cargaison humaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.