"Mon fils a été traumatisé" : en Île-de-France, le nombre de vols de montres de luxe explose

Les malfaiteurs opèrent la plupart du temps en trio. L'un étrangle la victime jusqu'à l'évanouissement tandis que les deux autres s'emparent de la montre. Entre janvier et juillet 2021, 96 voleurs ont été interpellés.  

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La devanture de la boutique de luxe Rolex rue François Ier à Paris. (BLANCHOT PHILIPPE / HEMIS.FR)

Un quatuor de malfaiteurs comparait vendredi 23 juillet devant le tribunal correctionnel de Versailles pour des vols à répétition de montres de luxe au mois de juin 2021. Les audiences de ce type se multiplient en Île-de-France. Les policiers font en effet face à une recrudescence importante des vols de ces montres, et 96 voleurs ont été interpellés depuis janvier 2021 dans la région. Ces vols sont le fait d'équipes de très jeunes hommes organisés dans les quartiers sensibles d'Île-de-France. Les autorités réagissent en augmentant les effectifs spécialisés sur ce type de délinquance.

Auparavant, les vols de montres de luxe était une niche pour des délinquants très spécialisés. Ils opéraient surtout dans le triangle d'or situé entre les Champs-Elysées, les avenues Montaigne et George V, amadouant leurs victimes en feignant un pas de danse ou une démonstration de judo. Ils écoulaient ensuite les montres vers la Belgique et les pays de l'Est. Depuis deux ans, le phénomène a nettement changé en même temps qu'il a explosé et s'est étendu à toute la région. Les auteurs sont issus des banlieues de Paris, ils sont âgés de 20 ans en moyenne et leur mode opératoire est bien plus violent.

Des agressions très violentes

"Dans la plupart des vols, les délinquants opèrent en trio, décrit le commissaire Herbaud, chef de la sûreté territoriale de Paris, Ils commencent par repérer la victime, puis ils la suivent et l'agressent à l'abri des regards. Cela peut se passer dans un parking souterrain lorsque la victime circule à bord d'un véhicule ou dans un hall d'immeuble quand elle est à pied. Pendant que le premier malfaiteur étrangle la personne jusqu'à l'évanouissement, les deux autres peuvent tranquillement défaire le mécanisme du bracelet et s'emparer de la montre sans l'endommager. C'est l'histoire de quelques instants, trente secondes à une minute maximum."

C'est exactement ce qu'ont vécu Charlie, 25 ans, et sa mère Nathalie. Suivis sur plusieurs kilomètres dans la capitale, tous deux ont été attaqués une fois dans le parking sous-terrain de leur immeuble dans les Hauts-de-Seine. "Quand je me suis retournée, j'ai vu mon fils par terre", se souvient Nathalie.

"L'un d'eux lui tenait le cou, les deux autres les mains et les pieds. Mon fils a été traumatisé. Il ne voulait plus redescendre au parking, il voulait qu'on déménage."

Nathalie, mère d'une victime agressée

à franceinfo

Les montres très rarement retrouvées

Le comble de cette histoire est que la montre volée au fils de Nathalie était une fausse, d'une valeur de 400 euros. Celles qui sont la cible de ces équipes de voleurs atteignent plutôt entre 5 000 et 10 000 euros. Trois Rolex en particulier attirent leur convoitise, qu'ils ont appris à reconnaître et que certains rappeurs portent fièrement dans leurs clips. Ce sont ces montres qui sont les plus achetées ces dernières années.

Si les policiers parviennent à élucider 70% des dossiers de ces vols, ils ne retrouvent quasiment jamais ces montres de luxe. "Nous parvenons très peu à les retrouver dans la mesure où elles sont revendues deux ou trois heures après la commission du vol", explique le commissaire Herbaud.

"Les montres sont parfois revendues avant même que la victime n'ait déposé plainte."

Commissaire Herbaud, chef de la sûreté territoriale de Paris

à franceinfo

Les montres sont écoulées non pas à l'étranger mais le plus souvent localement grâce aux réseaux sociaux, à des prix bien en deçà de ceux du marché, à 50% de leur valeur tout au plus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Braquage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.