Bouches-du-Rhône : 25 morts liées au trafic de drogue depuis janvier 2022

Après la mort de trois hommes tués par balle à Marseille, ce week-end, le bilan des réglements de comptes est particulièrement lourd.

Article rédigé par
Maya Baldoureaux-Fredon - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une voiture de police à Marseille.  (GEORGES ROBERT / MAXPPP)

Cette année, qui n’est pas terminée, est d’ores et déjà particulièrement meurtrière à Marseille : 25 personnes ont trouvé la mort depuis le 1er janvier dans les Bouches-du-Rhône, a indiqué mardi à franceinfo la préfecture de police du département. Le dernier bilan le plus meurtrier remonte à 2016 quand 32 personnes avaient alors été tuées à Marseille et dans le département. Les victimes ont été abattues par armes à feu en lien avec le trafic de stupéfiants, précise la préfecture de police des Bouches-du-Rhône, au-lendemain d'un week-end ensanglanté.

>> Une nouvelle méthode pour lutter contre le trafic de drogues expérimentée à Marseille

Après la mort de trois hommes tués par balle à Marseille, ce week-end, le parquet annonce ce lundi l'ouverture d'une enquête pour "homicide volontaire en bande organisée et d’association de malfaiteurs en vue de la commission de crime". La police judiciaire est chargée des investigations.

Samedi 1er octobre, un homme âgé de 21 ans a été victime d’un homicide volontaire avenue Camille Pelletan dans le 3ème arrondissement de Marseille, abattu par le passager d'un scooter. La victime était connue des services de justice et avait fait l’objet d’une condamnation pour trafic de stupéfiants en janvier 2021. Le lendemain, dimanche 2 octobre à 20h55, deux hommes âgés de 28 et 29 ans ont été également victimes d’un homicide volontaire par arme à feu, dans le 3ème arrondissement également. L’une des victimes était connue des services de police.

A ce stade des investigations, aucun lien n’est établi entre ces deux affaires, précise le parquet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.