Bordeaux : une importante explosion fait un mort et un blessé grave

L'explosion, vraisemblablement due au gaz, a eu lieu dans le garage d'un particulier.

Article rédigé par
Avec France Bleu Gironde - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un important dispositif a été déployé rue Borie à Bordeaux après l'explosion samedi 7 février 2021. (MARGOT TURGY / RADIO FRANCE)

Une importante explosion a retenti à Bordeaux, dans le quartier des Chartrons samedi 6 février, rapporte France Bleu Gironde. L'explosion, d'origine accidentelle, a eu lieu dans un garage automobile professionnel, au 66 rue Borie, vers 8h. Elle a entraîné l'effondrement d'un immeuble voisin d'un étage, accolé au garage. Plusieurs vitrines de commerces ont été soufflées dans la rue.

Une dame âgée, locataire de l'immeuble soufflé par l'explosion, était portée disparue depuis l'effondrement du bâtiment. Elle a été retrouvée morte sous les décombres samedi après-midi. Le compagnon de cette femme, âgé de 89 ans, est lui gravement blessé et hospitalisé.

Neuf autres personnes ont été prises en charge par les pompiers parce qu'elles sont légèrement blessées ou choquées, indique France Bleu Gironde. Environ 70 pompiers sont sur place, ainsi que la police, pour vérifier l'état des autres immeubles. Le gaz a été coupé dans la rue, mais on ignore pour l'instant si c'est bien le gaz qui est à l'origine de l'explosion.

"Un traumatisme très fort"

"C'est un traumatisme très fort", a réagi sur franceinfo Bernard Blanc, maire-adjoint du quartier des Chartrons à Bordeaux où une explosion s’est produite vers 8 heures dans un garage. 

"Il s'agit de reloger l'ensemble des personnes et nous sommes tous mobilisés, la ville de Bordeaux, les pompiers et l'ensemble des services sociaux de la ville pour trouver une solution satisfaisante pour toutes ces populations, sachant qu'effectivement, c'est un traumatisme très fort", a expliqué Bernard Blanc. "Beaucoup de vitres du quartier ont été soufflées", selon le maire-adjoint. Environ 70 pompiers sont mobilisés.

"De la poussière de pierre partout"

"Il y a eu comme un souffle, de la poussière de pierre partout", et "ce grand silence ensuite", témoigne Michelle au micro de France Bleu Gironde, après l’explosion.

"On a cru que notre maison nous tombait dessus", poursuit Michelle qui habite à "50 mètres à vol d’oiseau" du lieu de l’explosion. La déflagration a mis "tout le monde" à la fenêtre, "on a tout de suite compris que c'était très grave", ajoute-t-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.