Bordeaux : un sans-papiers condamné à 15 jours de prison ferme pour un vol de nourriture

Le montant du préjudice est évalué à 20 euros, selon son avocate. L'homme, qui dit venir du Congo, a auparavant été condamné plusieurs fois pour "maintien irrégulier sur le territoire français".

L\'homme a dérobé des denrées alimentaires dans un supermarché de Bordeaux.
L'homme a dérobé des denrées alimentaires dans un supermarché de Bordeaux. (GOOGLE MAPS)

Dimanche 23 avril à Bordeaux, Plata, un homme sans-papiers et sans ressource, a dérobé un paquet de saucisses de Strasbourg, un autre de chaussons aux pommes et une brosse à dents électrique dans un supermarché. Il a écopé de 15 jours de prison ferme pour vol, lundi 24 avril, rapporte le quotidien Sud Ouest

Montant du préjudice ? "A peine 20 euros", a précisé l'avocate de cet homme sans-papiers, qui se dit originaire du Congo. "Il a fait ça parce qu’il avait faim. La preuve : quand il s’est fait prendre, il s’est jeté sur les paquets pour les ouvrir et manger. Ce qui a été retenu comme des dégradations", a-t-elle expliqué. Cette circonstance aggravante a finalement été abandonnée à l’audience par le ministère public, qui a requis toutefois trois mois ferme pour le vol simple. L'homme avait auparavant été condamné plusieurs fois pour "maintien irrégulier sur le territoire français". Il venait de sortir de prison lorsqu'il a dérobé de la nourriture.

"Vous avez scié la branche sur laquelle vous étiez assis"

L'homme sans-papiers n'a pas donné d'explications à ce geste. "Si vous ne donnez aucune explication, il est difficile de retenir l’état de nécessité plaidé par votre défenseur. En restant mutique, vous avez scié la branche sur laquelle vous étiez assis", a alors lancé le président de l’audience. "Je n’ai pas à dévoiler mon intimité devant tout le monde", a-t-il répliqué quand le président l’a interrogé sur ses projets professionnels.

L'homme a simplement précisé qu'il voulait rester en France, où il vit depuis cinq ans : "Les droits de l’homme disent que tout individu a le droit de vivre où il se sent en paix. La France est ce pays pour moi."