Cet article date de plus de trois ans.

Nice : cinq ans de prison avec sursis requis contre le bijoutier qui a tué un braqueur

"On a beaucoup dit que c'était le procès de la légitime défense, ce n'est pas vrai, il n'y a pas d'autre solution que d'écarter la légitime défense", a déclaré l'avocate générale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Stéphane Turk comparaît devant la cour d'assises des Alpes-Maritimes, à Nice le 28 mai 2018. (MAXPPP)

"Au moment où il prend son arme, il n'y a plus de danger pour lui, l'agression est terminée." Une peine de cinq ans de prison avec sursis a été requise, jeudi 31 mai, contre Stéphane Turk, un bijoutier niçois qui a tué en 2013 un jeune braqueur qui prenait la fuite après l'avoir dévalisé. "On a beaucoup dit que c'était le procès de la légitime défense, ce n'est pas vrai, il n'y a pas d'autre solution que d'écarter la légitime défense", a déclaré au cours de son réquisitoire l'avocate générale, Carole Chassain.

Une circonstance atténuante

La magistrate a également énuméré les preuves, à ses yeux, de l'intention homicide de l'accusé, qui encourt trente ans de réclusion criminelle : le choix d'une arme létale alors qu'il avait également à disposition un pistolet Gomme Cogne, qui lance des balles de caoutchouc, la posture de tir, le fait qu'il connaissait bien les armes, et le fait qu'il ait ajusté sa visée pour éviter une balle perdue. Mais Carole Chassain a toutefois estimé que le vol avec arme dont venait d'être victime l'accusé constituait "une circonstance atténuante" : "Ce n'est pas un meurtre de sang-froid", a-t-elle pointé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bijoutier braqué

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.