Bergerac : le corps d'un nouveau-né retrouvé dans les toilettes de la gare

Une enquête a été ouverte, mais une autopsie doit encore être réalisée pour déterminer "si l'enfant est né vivant ou mort in utero", ce qui orientera la qualification des faits.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La gare de Bergerac (Dordogne), en septembre 2019. (GOOGLE MAPS / FRANCETV INFO)

Une enquête a été ouverte après la découverte vendredi après-midi du corps sans vie d'un nouveau-né dans des toilettes de la gare de Bergerac (Dordogne), a appris l'AFP auprès du parquet, samedi 30 avril. Le corps a été retrouvé par une femme de ménage dans la cuvette des toilettes pour personnes à mobilité réduite, où se trouvaient également du sang et du placenta, a précisé le vice-procureur de Bergerac, Charles Charollois.

Ce dernier a ouvert une enquête en recherche des causes de la mort, confiée au commissariat de Bergerac. Une autopsie prévue mardi à Bordeaux devra déterminer "si l'enfant, de sexe masculin, est né vivant ou mort in utero", ce qui orientera la qualification des faits, a expliqué le vice-procureur.

Le corps du bébé "recouvert de papier toilette"

Selon France Bleu Périgord, ce sont d'abord des clients de la gare qui ont découvert les toilettes publiques couvertes de sang, vendredi vers 14 heures. Ils ont alors prévenu le chef de gare. Celui-ci a cru aux conséquences d'une bagarre et a prévenu une entreprise de ménage pour nettoyer les lieux. Une femme de ménage, arrivée peu avant 15 heures, a découvert le corps du nouveau-né dans la cuvette des toilettes. Selon le vice-procureur de Bergerac, Charles Charollois, contacté par France Bleu Perigord, le corps du bébé était "recouvert de papier toilette".

Des recherches auprès des hôpitaux locaux au sujet d'une femme possiblement en détresse ont été menées, sans succès, et la gare de Bergerac ne dispose pas de caméras de surveillance.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.