Bayonne : le réseau de bus sera relié en temps réel au commissariat, après l'agression mortelle d'un conducteur

Après l'agression mortelle du conducteur de bus Philippe Monguillot début juillet, une convention a été signée jeudi pour que, dorénavant, le réseau de bus soit relié en temps réel au commissariat.

Article rédigé par
avec France Bleu Pays Basque - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin s'était rendu à Bayonne après la mort du chauffeur de bus Philippe Monguillot, le 11 juillet 2020. (ANTHONY MICHEL / FRANCE-BLEU PAYS BASQUE)

Après l'agression mortelle du conducteur de bus Philippe Monguillot au début du mois de juillet à Bayonne, la police, la justice, les municipalités de l'agglomération de Bayonne, la préfecture, le syndicat mixte des transports et Kéolys, l'exploitant du réseau Chronoplus, ont signé une convention jeudi 23 juillet pour que, dorénavant, le réseau de bus soit relié en temps réel au commissariat, rapporte France Bleu Pays Basque vendredi 24 juillet.

Une géolocalisation des bus en temps réel

La police disposera du même écran que les régulateurs de trafic au PC de Chronoplus et pourront donc géolocaliser les bus en temps réel, ce qui lui permettra d'intervenir plus rapidement en cas d'incident. En revanche, elle n'interviendra que sur demande des régulateurs. Par ailleurs, un suivi hebdomadaire des agressions sera mis en place et la justice s'impliquera davantage pour ne pas laisser ces incidents sans suite.

Les policiers municipaux de Bayonne, Anglet et Biarritz sont habilités à intervenir dans les bus, même si l'incident ne se produit pas dans leur commune. Une police des transports verra le jour à l'automne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.