Attentat de Nice : Christian Estrosi attend des réponses claires du gouvernement

Un homme a foncé avec un poids lourd sur la foule jeudi soir sur la promenade des Anglais juste après le feu d’artifice. Le dernier bilan fait état de 84 morts et de 18 blessés en urgence absolue. Christian Estrosi, ancien maire de Nice, a posé ce vendredi sur France Info de nombreuses questions au gouvernement.

(Christian Estrosi a été maire de Nice pendant huit ans © REUTERS/Jean-Paul Pelissier)

Christian Estrosi a été maire de Nice pendant huit ans, il est actuellement président de la région Paca. Il a posé de nombreuses questions au gouvernement de François Hollande, ce vendredi sur France Info :

"Je contiens la colère en moi. Je suis très étonné que, quelques heures avant, le président de la République ait annoncé la fin de l'état d'urgence en annonçant, après l'attentat, qu'il le prorogeait de trois mois. Pourquoi et comment cet homme a-t-il pu passer sur la promenade des Anglais alors qu'elle était piétonnisée ? Combien de policiers nationaux protégeaient cet évènement ? Je n'ai pas obtenu de réponses pour le moment. L'homme avait-il des complices ? Je suis convaincu qu'il s'agit d'un attentat. Nice est sans doute le quatrième attentat d'une dimension extrêmement forte en France et en Europ e."

Christian Estrosi : "nous avons affaire à un un triple symbole"
--'--
--'--

Le président de la métropole Nice Côte d'Azur a dit espérer maintenant l'aide de l'Etat. "Nous attendons des renforts, pour le moment insuffisants, que je réclame depuis des mois. Je remercie le président de la République d'avoir eu la courtoisie de m'appeler cette nuit assez tard. J'espère qu'il viendra avec des réponses claires aujourd'hui ."

"C'est la France qui est attaquée, c'est la France qui est en guerre. Après le Bataclan, il a fallu quelques semaines pour oublier que nous sommes en guerre, pourtant il y a eu Bruxelles. Nous avons trop tôt oublié ", a estimé le président de la région PACA. La date choisie n'est pas un hasard, a aussi estimé Christian Estrosi : "Un jour de fête nationale, c'est notre patrie qui est attaquée. On s'attaque à la cinquième ville de France ".

A LIRE AUSSI ►►►Attentat de Nice : une grenade inopérante et des armes longues factices ont été retrouvées dans le camion