Attaque raciste à Beaune : les deux auteurs présumés ont été mis en examen et écroués

Âgés tous deux de 31 ans, les deux hommes étaient déjà connus de la justice pour des faits "de vols et de violences".

Le lieu de la fusillade qui a fait sept blessés dans la nuit du 29 au 30 juillet 2018 à Beaune (Côte-d\'Or). 
Le lieu de la fusillade qui a fait sept blessés dans la nuit du 29 au 30 juillet 2018 à Beaune (Côte-d'Or).  (TONY LE PENNEC / MAXPPP)

Les deux hommes suspectés d'avoir blessé sept jeunes dans la nuit du 29 au 30 juillet à Beaune (Côte-d'Or) pour des motifs racistes, ont été mis en examen et écroués, dimanche 12 août, à Dijon, a indiqué le parquet à l'AFP. Âgés tous deux de 31 ans et déjà connus de la justice pour des faits "de vols et de violences", les mis en cause avaient été interpellés vendredi dans les Bouches-du-Rhône.

Ils sont poursuivis pour "tentative d'assassinat, violences aggravées par (...) notamment la circonstance que les faits ont été commis en raison de l'appartenance à une soi-disant race, religion ou ethnie, réelle ou supposée, injures publiques à caractère racial, menaces de mort à caractère racial", a précisé Thierry Bas, le procureur de la République adjoint de Dijon.

Interpellés dans les Bouches-du-Rhône

Originaires de Côte-d'Or, les deux suspects avaient été transférés samedi d'Avignon (Vaucluse) à Dijon, où leur garde à vue avait été prolongée, en vue de leur présentation devant un juge d'instruction, a ajouté le magistrat. Le premier d'entre eux avait été interpellé vendredi par la brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Marseille dans la commune de Saint-Andiol (Bouches-du-Rhône).

Le second, resté au volant de son véhicule, s'était échappé en fonçant sur les policiers "blessant à la jambe un fonctionnaire de la BRI de Marseille" avant d'être interpellé en début de soirée dans la même commune. Dimanche, ce dernier a donc également été mis en examen pour "tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de la force publique".

Dans un communiqué, le parquet indique que les deux individus sont bien connus de la justice. Il fait état de 22 condamnations pour l'un et 21 pour l'autre, notamment pour des faits de vols et de vols aggravés, de détention d'arme, de violences, de destructions ou dégradations de biens et d'infraction routières. 

Ils contestent "globalement" les faits

Les deux suspects "contestent globalement les faits qui leur sont reprochés", a précisé le parquet. Ils reconnaissent avoir été présents dans un véhicule au moment de la première scène de violence, indiquent n'avoir pas voulu foncer délibérément sur le groupe de victimes, mais avoir tenté de prendre la fuite lors d'une altercation. Ils contestent être revenus quelques heures plus tard armés d'un fusil et avoir fait feu."

La veille de la fusillade, les suspects auraient séquestré un jeune-homme pour une histoire de voitures, sans aucun lien avec la bande de jeunes attaqués le 29 juillet à Beaune, rapporte France Bleu Bourgogne. Thierry Bas, le procureur adjoint de Dijon, a donc confirmé au micro de France Bleu avoir retenu un autre chef d'accusation, celui de la séquestration.