Cet article date de plus de sept ans.

Agents de sécurité privés et boutons d'alerte, à Nice les bureaux de vote sont sous haute surveillance

Le dispositif de sécurité sera renforcé à Nice autour des 292 bureaux de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle ce dimanche. 

Article rédigé par Maxime Bacquié
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
En plus des policiers municipaux déjà mobilisés, la ville de Nice va déployer des agents de sécurité privés devant les 292 bureaux de vote. Image d'illustration. (MAXPPP)

L'attaque sur les Champs-Élysées à Paris, jeudi 20 avril, est venue le rappeler : cette élection présidentielle se déroule dans un contexte sécuritaire tendu. C'est la première élection depuis la mise en place de l'état d'urgence et la sécurité sera maximale ce dimanche autour des 67 000 bureaux de vote. Plus de 50 000 policiers et gendarmes supplémentaires seront déployés en France. 

À Nice, la municipalité n'a pas attendu cette nouvelle attaque pour renforcer son dispositif de sécurité. Elle a annoncé des mesures renforcées dès mercredi, au lendemain de l'arrestation à Marseille de deux hommes soupçonnés de préparer un attentat. 

Des Niçois qui refusent de céder à la peur 

En plus des policiers municipaux déjà mobilisés, la ville va déployer des agents de sécurité privés devant les 292 bureaux de vote. Elle va mettre aussi entre les mains des présidents de ces bureaux un bouton d'alerte pour signaler très vite au centre de supervision de la ville toute situation anormale.

Ce dispositif rassure les Niçois mais ces derniers comptaient bien aller voter de toutes façons. "Ce n'est pas cela qui va nous empêcher d'aller voter, au contraire", indique une passante. "Si on a peur, on ne fait plus rien donc autant aller voter et exprimer ce que l'on pense", réagit une autre Niçoise. "J'irai voter même s'il y avait des attentats. Il y a une petite crainte mais on ne peut plus rien faire sinon", surenchérit un homme.

Files d'attente sécurisées

Il n'y a pas qu'à Nice que la sécurité sera renforcée. La préfecture des Alpes-Maritimes a mobilisé toutes les forces disponibles pour protéger les bureaux de vote de chaque commune. Elle a également laissé des consignes très claires, notamment concernant les files d'attentes. "Les présidents des bureaux de vote ont été particulièrement sensibilisés à la nécessité que les files d'attente, s'il y en a, soient à l'intérieur du dispde la zone Vigipirate, en sécurité", indique François Xavier Lauch, le directeur de cabinet du préfet.

Enfin, "une vigilance toute particulière" sera accordée aux véhicules stationnés à proximité. "Des interdictions de stationnement ont été prises à proximité des bureaux de vote, précise le directeur de cabinet, et ces véhicules seront systématiquement enlevés". Ces consignes seront reconduites pour le second tour, le 7 mai.

A Nice, le reportage de Maxime Bacquié.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.