Attaque de la mosquée de Bayonne : le tireur présumé, Claude Sinké, a été mis en examen et placé en détention provisoire

L'octogénaire est notamment mis en examen pour "tentatives d'assassinat".

Claude Sinké, suspecté d\'avoir blessé deux personnes par balles devant la mosquée de Bayonne, ici sur une photo postée sur son compte Facebook.
Claude Sinké, suspecté d'avoir blessé deux personnes par balles devant la mosquée de Bayonne, ici sur une photo postée sur son compte Facebook. (COMPTE FACEBOOK DE CLAUDE SINKE / AFP)

Deux jours après l'attaque de la mosquée de Bayonne, le tireur présumé, Claude Sinké, a été mis en examen et placé en détention provisoire, a annoncé le parquet de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) mercredi 30 octobre dans un communiqué. Il avait gravement blessé par balles deux personnes, après avoir tenté d'incendier la porte du lieu de culte.

Claude Sinké est mis en examen "des chefs de tentatives d'assassinat, dégradation et destruction aggravées, violence avec arme sur personne dépositaire de l'autorité publique et violence avec arme", précise le procureur, qui indique qu'il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

"Une altération partielle de son discernement"

Un peu plus tôt, mercredi, le procureur avait annoncé qu'une expertise psychiatrique avait "conclu à une altération partielle de son discernement et/ou du contrôle de ses actes". Mais il a tout de même été présenté à un juge.

Claude Sinké, 84 ans, interpellé quelques minutes après l'attaque de la mosquée de Bayonne, a dit aux enquêteurs avoir voulu incendier la mosquée de Bayonne pour "venger la destruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris", qu'il attribue aux musulmans.