Cet article date de plus de six ans.

Yohann Dorai, rescapé de l'Hyper Cacher, raconte la prise d'otages

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Yohann Dorai, rescapé de l'Hyper Cacher, raconte la prise d'otages
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Yohann Dorai est resté caché pendant des heures dans une chambre froide de l'Hyper Cacher, où Amedy Coulibaly prit en otages plusieurs personnes le 9 janvier 2015. Un an après, le rescapé se souvient de ce jour terrible.

Dans "Hyper Caché", Yohann Dorai se confie sur ces heures d'angoisse vécues il y a un an jour pour jour. Le 9 janvier 2015, l'homme faisait ses courses dans l'épicerie Hyper Cacher de la porte de Vincennes quand Amedy Coulibaly surgit et prit en otages employés et clients. "Vous ne pouvez pas vous imaginer que vous êtes dans un attentat terroriste, même avec les deux jours qu'on venait de passer en France", explique sur le plateau de France 3 Yohann Dorai.

Lui et quelques personnes ont pu se cacher dans le sous-sol du magasin, dans une chambre froide. L'angoisse s'empara d'eux car ils craignaient d'être découverts par le terroriste. "On ne faisait pas beaucoup de bruit mais il y avait un bébé de onze mois avec nous", ajoute Yohann Dorai, qui poursuit : "S'il s'était mis à pleurer ou à s'agiter quand Coulibaly est descendu... Il (le terroriste, ndlr) nous aurait entendu et je ne pense pas qu'il aurait tapé à la porte du frigo pour qu'on lui ouvre".

"Les images reviennent"

Le rescapé rend hommage dans son livre à la police et aux victimes, notamment à Yohav Hattab. Il était caché avec lui au sous-sol mais a quitté le groupe pour agir et tenté de désarmer le tueur. Yohav Hattab sera finalement abattu par le terroriste. Un an après, l'angoisse n'a pas quitté Yohann Dorai. "Ce n'est pas comme s'il ne s'était rien passé. Après ça, il y a eu quatre-cinq attaques terroristes à part le 13 novembre. Vous vous dites que ça ne pas s'arrêter et les images reviennent", conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.