VIDEO. Le réseau de Verviers

L'opération antiterroriste s'est déroulée principalement dans la ville de Verviers, en Wallonie, près de la frontière allemande et néerlandaise.

A Verviers, en Blegique, les 56 000 habitants sont en plein cauchemar après le démantèlement d'un réseau jihadiste, jeudi 15 janvier.

"Il y avait des rumeurs qu'il y avait des terroristes à Verviers mais on ne s'imaginait pas du tout que c'était dans le coin", confie une habitante, sous le choc, au micro de France 2.

Stupeur et condamnation unanimes jusque devant la plus grande mosquée de la ville : "C'est de la connerie humaine", déclare un fidèle. Pour un autre,"cela n'a rien à voir avec l'islam".

Un réseau bien implanté

Depuis le vendredi 16 janvier, les habitants ont découvert que des jihadistes présumés avaient élu domicile dans leur ville.

"C'est une ville proche des frontières et le terrorisme s'installe prioritairement proche des frontières pour trouver des échappatoires", explique un journaliste.

Les filières de l'islamisme radical seraient bien implantées dans cette ville où le chômage dépasse les 20 %. Depuis 2011, au moins six jeunes auraient rejoint la Syrie et les rangs de Daech.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers belges à Verviers (Belgique) après l\'assaut antiterroriste lors duquel ont été tués deux suspects, le 15 janvier 2015.
Des policiers belges à Verviers (Belgique) après l'assaut antiterroriste lors duquel ont été tués deux suspects, le 15 janvier 2015. (JOHN THYS / AFP)