Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Le gendarme qui a blessé Saïd Kouachi témoigne

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Ce chef de patrouille venait de prendre son service, vendredi 9 janvier, lorsqu'il a entendu un message radio faisant état de voleurs de voiture retranchés dans la zone industrielle de Dammartin-en-Goële.

Il affirme avoir "rendu un peu justice" aux victimes des frères Kouachi. Le gendarme de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) qui a blessé Saïd Kouachi quelques minutes après son entrée dans l'imprimerie où il s'était réfugié, vendredi 9 janvier, est revenu mardi 13 janvier, sur France 2, sur son face-à-face avec les terroristes.

Ce chef de patrouille vient de prendre son service lorsqu'il entend un message radio faisant état de voleurs de voiture retranchés dans la zone industrielle de la ville. Il se doute alors qu'il s'agit des frères Kouachi. En voiture avec une jeune collègue, il s'approche sans sirène ni gyrophare. 

"J'étais en position, j'ai fait feu"

"Un personnel de la société me fait alors comprendre avec des gestes qu'ils [les terroristes] étaient à l'intérieur. Mon véhicule ne pouvait peut-être pas suffire à assurer ma protection. [...] Je sors donc rapidement, je rentre dans la cour, je longe sur le côté pour ne pas être visible. Je me place sur le côté gauche, protégé par le mur", témoigne le gendarme. Saïd Kouachi sort alors de l'entreprise et fait feu sur le véhicule, après avoir crié "Allahou Akbar"

"Je suis face à un individu qui a déjà tué 12 personnes, qui a abattu froidement un collègue policier. On se dit alors qu'on ne peut pas se louper. Vu que j'étais en position pour faire feu, j'ai fait feu." Une balle qui atteindra l'aîné des Kouachi à la gorge. Le gendarme profitera également de la situation pour crever un pneu de la voiture des terroristes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentats de janvier 2015

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.