Une connexion établie entre Amedy Coulibaly et l'attaque d'un joggeur à Fontenay-aux-Roses

Mercredi soir, à la veille de la fusillade de Montrouge (Hauts-de-Seine), un homme de 32 ans a été blessé par arme à feu.

Un joggeur a été blessé par arme à feu, le 7 janvier 2015, à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine).
Un joggeur a été blessé par arme à feu, le 7 janvier 2015, à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine). (GOOGLE MAPS)

Le parquet de Paris annonce, dimanche 11 janvier, avoir établi une connexion entre le preneur d'otages de la porte de Vincennes, Amedy Coulibaly, et l'attaque d'un joggeur, mercredi, à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine). La victime, âgée de 32 ans, a été grièvement blessée par balles, alors qu'elle faisait son jogging sur la promenade de la coulée verte de Fontenay-aux-Roses. Le coureur a été touché à une jambe et dans le dos par plusieurs tirs d'arme automatique. Son pronostic vital est toujours engagé, dimanche.

Un rapprochement grâce à l'exploitation balistique

Sur place ont été retrouvés cinq étuis percutés, précise le procureur de la République de Paris. L'exploitation balistique a permis de faire un rapprochement entre ces derniers et le pistolet automatique découvert dans le magasin casher de la porte de Vincennes, à Paris, où une prise d'otages meurtrière s'est déroulée vendredi. Amedy Coulibaly "habitait dans cette même commune de Fontenay-aux-Roses et l'agression a eu lieu le jour de l'attentat de Charlie Hebdo", expliquait samedi une source proche de l'enquête à l'AFP.

Compte tenu de ce lien, la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête sur l'agression du joggeur, qui est notamment ouverte pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste". L'enquête était jusqu'alors conduite par le parquet de Nanterre.