"L'émir" des frères Kouachi devenu infirmier stagiaire à Paris

Farid Benyettou est l'homme aux côtés duquel les frères Kouachi se sont radicalisés. Selon "Le Parisien", il est stagiaire à la Pitié-Salpêtrière, l'un des établissements parisiens qui a accueilli les victimes de l'attentat contre la rédaction de "Charlie Hebdo".

Croquis de Farid Benyettou, \"l\'émir\" de la \"filière des Buttes-Chaumont\", lors de son procès à Paris, le 20 mars 2008.
Croquis de Farid Benyettou, "l'émir" de la "filière des Buttes-Chaumont", lors de son procès à Paris, le 20 mars 2008. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

La reconversion est inattendue pour l'ancien "émir" de la "filière des Buttes-Chaumont", aux côtés duquel les frères Kouachi se sont radicalisés. Selon Le Parisien, Farid Benyettou est, depuis décembre, infirmier stagiaire à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, l'un des établissements qui a accueilli les victimes de l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo.

>>> Marches républicaines à la mémoire des victimes des attentats. Suivez notre direct.

Sous son autorité, dans les années 2000, la "filière des Buttes-Chaumont" visait à envoyer des jihadistes en Irak dans les rangs de la branche irakienne d'Al-Qaïda. En 2008, lors de son procès, l'homme avait écopé de six ans de prison ferme.

En formation après sa sortie de prison

Sorti de détention en 2011, Farid Benyettou s'est ensuite inscrit à une formation au sein d'un institut de formation des soins infirmiers, raconte Le Parisien. "Elève studieux et discret" selon les témoignages recueillis par le journal, il a récemment intégré le service des urgences de la Pitié-Salpêtrière.

Après les attentats terroristes de ces derniers jours, sa présence surprend certains de ses confrères. "Selon les règles du ministère de la Santé, on ne peut pas prétendre à un poste d'infirmier avec un casier judiciaire chargé", assure au Parisien un collègue d'un autre service.

Une situation "régulière" et "connue"

"La situation de cet élève infirmier est régulière et elle est connue", répond l'AP-HP au journal. L'Assistance publique explique qu'une condamnation n'interdit pas de passer le diplôme d'infirmier, mais interdit simplement d'être recruté par la suite "sur un emploi public". Et d'ajouter que Farid Benyettou ne sera pas maintenu au planning du service.