DIRECT. Hollande présente ses vœux aux armées à bord du "Charles-de-Gaulle"

Le "Charles-de-Gaulle", qui a appareillé mardi de Toulon à destination de l'océan Indien, transitera par le Golfe où il est susceptible de participer aux opérations sur le théâtre irakien.

Le porte-avion Charles-de-Gaulle dans la rade de Toulon (Var), le 13 janvier 2015.
Le porte-avion Charles-de-Gaulle dans la rade de Toulon (Var), le 13 janvier 2015. (BORIS HORVAT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

L'attaque contre Charlie Hebdo est officiellement revendiquée par Al-Qaïda au Yémen. Dans un message vidéo diffusé mercredi 14 janvier, un responsable de l'organisation terroriste assure que les frères Kouachi ont agi sur ordre du réseau. Cette déclaration solennelle a lieu alors que sort en kiosque le "numéro des survivants" du journal satirique. Suivez cette journée en direct sur francetv info. 

Revendication d'Aqpa. "L'opération a été menée sur ordre de notre émir Ayman Al-Zawahiri [chef d'Al-Qaïda] et conformément à la volonté posthume d'Oussama Ben Laden", affirme dans le message l'un des dirigeants d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), Nasser Ben Ali Al-Anassi.

Le retour de Charlie. Le dernier Charlie Hebdo, signé par les rescapés de l'attentat, sort dans plus de vingt pays, traduit dans cinq langues. A la une : une représentation du prophète Mahomet.

 Victime de son succès. Les 700 000 premiers numéros livrés ont tous été vendus, dans la matinée, dans les 27 000 points de vente de presse en France, avant de nouveaux approvisionnements dans la journée ou les prochains jours. Le distributeur a annoncé, mercredi, que le tirage allait être porté de 3 à 5 millions. 

Hollande à bord du "Charles-de-Gaulle". Le président de la République présente ses voeux aux armées à bord du porte-avions "Charles-de-Gaulle". Ce dernier pourrait être engagé sur le théâtre irakien, alors que s'achève le déploiement de 10 500 militaires dans une mission de surveillance du territoire national.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TERRORISME

23h50 : "Papa, je me pose la question. Est-ce que t'as souffert ? Parce que c'est ça qui m'angoisse, tu sais. J'ai peur que t'aies eu peur, j'ai peur que t'aies eu mal. Mais ils ne t'ont touché qu'à la poitrine, alors, les bobos, on les voit pas." Elsa Wolinski, fille du dessinateur abattu par les frères Kouachi dans les locaux de Charlie Hebdo, publie aujourd'hui une bouleversante lettre ouverte à son père sur le site du magazine Elle.

23h02 : Il a été placé en garde à vue à Paris, mercredi matin, dans le cadre d'une enquête pour "apologie du terrorisme". Dieudonné va être jugé le 4 février posté sur Facebook, dimanche, cette phrase : "Je me sens Charlie Coulibaly". Toutes les informations sont dans notre article.



(PATRICK KOVARIK / AFP)

22h05 : Les Français se sont rués sur les anxiolytiques après les attentats de la semaine dernière. C'est en tout cas ce qu'indique ce soir Le Figaro, qui a eu accès aux chiffres de la société Celtipharm, qui analyse en temps réel les ventes de 4 800 pharmacies représentatives. Selon elle, les ventes de somnifères et d'anxiolytiques ont augmenté de 18,2% depuis vendredi.

21h01 : Dieudonné va être très rapidement fixé sur son sort. Le polémiste, qui a publié dimanche sur Facebook un message dans lequel il écrivait : "Je me sens Charlie Coulibaly", sera jugé en correctionnelle pour "apologie du terrorisme" le 4 février, a indiqué son avocat.

20h56 : "On est des jeunes de cité, on s'enflamme, on parle comme ça mais il n'y a rien de plus. On ne veut rien faire". C'est ce qu'affirmait Chérif Kouachi en 2008. Le tueur de l'attentat de Charlie Hebdo comparaissait alors devant un tribunal parisien pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

(FRANCE 2)

20h44 : "Charlie Hebdo vit et vivra. [Il] était menacé depuis longtemps faute de lecteurs ; aujourd'hui, il revit."

François Hollande a salué ce soir la parution du nouveau numéro de Charlie Hebdo, en inaugurant la Philharmonie de Paris. "On peut assassiner des hommes, des femmes, on ne tue jamais leurs idées, au contraire", a-t-il souligné.

19h57 : Le Daily Mail publie ce soir des photos tirées des caméras de vidéosurveillance de l'épicerie Hyper Cacher de la porte de Vincennes. On y voit notamment Amedy Coulibaly, lourdement équipé.

19h38 : Dieudonné. Si c'était sa première "liberté de parole", on pourrait la lui pardonner. Mais c'est un multi récidiviste. Il y a une relle différence entre humour, caricatures et racisme ordinaire. les buts sont tout autres et ses multiples répétitions semblent démontrer qu'il ne profère que des propos condamnables. la justice fera ce qu'elle a à faire.

19h38 : Je suggère à ce pseudo d'aller voir en Iran ou en Arabie saoudite et après on en reparle ! La loi est la loi. Quant à Dieudonné, il n'a qu'à cesser ses propos haineux et tout le monde s'en portera mieux.

19h37 : Je ne suis pas d'accord avec @jamesbend car Dieudonné multiplie les provocations et les messages haineux. Le dernier, faisant référence à l'un des terroristes est, pour moi, la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

19h37 : Le commentaire de @jamesbend qui a pris plus tôt la défense de Dieudonné, qui va être jugé pour "apologie du terrorisme", fait vivement réagir certains d'entre vous. Voici quelques-unes de vos réactions.

19h34 : Pourquoi des élèves n'ont-ils pas respecté la minute de silence en hommage à Charlie Hebdo, jeudi dernier ? Alors qu'environ deux cent incidents ont été signalés, la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a multiplié les consultations, mardi et mercredi, avec les syndicats et les acteurs de la vie scolaire.

Notre journaliste Fabien Magnenou recense ce qui est en train de se mettre en place.



(PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

19h30 : @EstrellA57 : Votre question tombe à pic, car nous allons publier dans la soirée un article sur ce sujet précis. Mais je peux vous confirmer qu'il s'agit bien d'une question d'interprétation.

"A priori, il n'y a aucun interdit concernant la [représentation de] la personne du Prophète", explique ainsi Libération, qui note que des images de Mahomet ont existé jusqu'au XVIe siècle. La tradition de ne plus le représenter aurait été instaurée pour "éviter l'idolâtrie", indique l'imam de Bordeaux cité par le quotidien.

19h29 : Bonjour. J'avoue être en pleine confusion concernant la figure de Mahomet et le droit ou non de le représenter. Suivant certains musulmans, la représentation du prophète est autorisée, pour d'autres c'est un blasphème, un outrage, une provocation qui les touche personnellement et donc strictement interdit. (...)

Les autorités religieuses musulmanes ne sont-elles pas en mesure de donner une lecture claire afin d'éviter des déviances dans les interprétations auprès de leurs croyants?

19h22 : Dieudonné sera jugé en correctionnelle pour apologie du terrorisme, indique une source judiciaire citée par l'AFP.

19h12 : A peine sorti, déjà introuvable. Le nouveau numéro de Charlie Hebdo, premier depuis l'attentat qui a décimé la rédaction, sera finalement tiré à plusieurs millions d'exemplaires pour faire face à la demande. Un record, comme nous l'indiquons dans cet article.


19h12 : @jamesbend : Dieudonné n'est pas le seul à être sous le coup de la loi pour ce genre de propos. Plusieurs condamnations lourdes ont été prononcées à l'égard d'individus ayant glorifié les attentats récents, comme nous l'expliquions hier.

Mais il ne s'agit là que peines maximales encourues. Un internaute toulonnais qui avait publié sur son compte Facebook des photos de jihadistes et des propos faisant l'apologie des attentats n'a ainsi été condamné "qu'à" un an d'emprisonnement, dont trois mois ferme.

19h04 : Dieudonné risque 7 ans de prison pour avoir écrit "Je suis Charlie Coulibaly" ? La France c'est pire que l'Iran et l'Arabie Saoudite.

18h45 : Vous êtes nombreux dans les commentaires à nous demander ce que risque Dieudonné en cas de condamnation pour apologie du terrorisme. Comme nous l'indiquons dans cet article, agir sur les réseaux sociaux, comme c'est le cas de Dieudonné, constitue depuis peu une circonstance aggravante : il encourt donc jusqu'à sept ans d'emprisonnement et 100 000 euros d'amende.

18h29 : Vous avez bataillé devant votre kiosque à journaux pour obtenir un exemplaire de Charlie Hebdo ? Rassurez-vous : vous n'êtes pas les seuls. A Tours (Indre-et-Loire), on a même frôlé l'émeute, comme le montre cette vidéo de la Nouvelle République.


17h46 : Chérif et Said Kouachi, ainsi qu'Amedy Coulibaly, ont-il agi seuls ? Une semaine après l'attaque contre Charlie Hebdo, les enquêteurs continuent de rechercher d'éventuels complices. Selon les informations de France 2, la théorie selon laquelle les terroristes étaient aidés d'une quatrième personne ne constitue, pour l'heure, qu'"une piste de travail". Francetv info revient sur les progrès de l'enquête.


(MARTIN BUREAU / AFP)

17h40 : En Turquie, le quotidien d'opposition Cumhuriyet est le seul journal d'un pays musulman à avoir osé faire apparaître les nouvelles caricatures de Charlie Hebdo, dont celle de Mahomet, dans son édition du jour. Il a fait l'objet de menaces et est placé sous protection.


(MIRJAM SCHMITT / DPA / AFP)

17h39 : Le pronostic vital du joggeur blessé par balles mercredi 7 janvier à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) "n'est plus engagé". "Mais plusieurs opérations lourdes doivent encore être réalisées, il faut donc rester prudent", indique la mairie de Palaiseau (Essonne), où réside la victime.

Le joggeur, âgé de 32 ans, a été touché à une jambe et dans le dos par des tirs d'arme automatique. Une connexion a pu être établie entre cette agression et l'attaque du supermarché casher de la porte de Vincennes.

17h09 : "La situation exceptionnelle que nous connaissons doit conduire à revenir sur le rythme de réduction des effectifs qui avait été programmé pour les trois prochaines années, dans le cadre de la loi de programmation militaire. Ce rythme doit être revu et adapté", a affirmé le président. Plus d'infos dans notre article


16h50 : Après les attentats qui ont ensanglanté la France, les policiers sont submergés par les messages de soutiens. Le compte twitter de la police nationale relaie un message de remerciements accompagné de dessins signés d'admirateurs des hommes en bleu.

16h49 : Le discours de François Hollande, à l'occasion des vœux aux armées présentés à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle, prend fin. Les centaines de militaires présents entonnent La Marseillaise.

16h46 : Lors de ses vœux aux Armées, François Hollande a annoncé que la réduction des effectifs des armées, décidées en octobre dernier, sera "revu et adapté" à "une situation exceptionnelle". "Je demande au ministre de la Défense de me faire des propositions d'ici la fin de la semaine, en tenant compte évidemment des nécessités budgétaires."

Le chef de l'Etat tiendra un Conseil de Défense sur cette question des effectifs mercredi prochain et "prendra aussitôt la décision".

17h00 : François Hollande annonce que, compte tenu de la "situation exceptionnelle" créée par les récents attentats, le "rythme de réduction" des effectifs dans la Défense devait être "revu et adapté".

16h41 : "Outre que tout ceci va à sens unique, c'est-à-dire au bénéfice exclusif des Etats-Unis, il n'est pas question d'attenter à la souveraineté de la France et des autres pays européens par un fichage généralisé de leurs concitoyens sous couvert de lutter contre le terrorisme islamiste."

Le Front national a rappelé aujourd'hui qu'il était opposé au système de transmission des données des passagers, actuellement gelé au Parlement européen, car il constitue "un fichage généralisé" et "une atteinte à la souveraineté". Hier Manuel Valls a annoncé que la plateforme française serait prête en septembre 2015 et a appelé le Parlement européen à voter ce dispositif.

16h35 : Lors de son discours sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, François Hollande a "regretté" que "la communauté internationale n'ait pas agi en temps voulu" en Syrie. "Nous en voyons les résultats", a-t-il affirmé en référence aux attentats.

16h33 : "Là où nous agissons nous devons montrer une très grande détermination. C'est pour cela que cette semaine, le Charles-de-Gaulle part en mission. Aujourd'hui, la situation au Moyen-Orient justifie la présence de notre porte-avions. (...) La mission qui commence est aussi une réponse aux terroristes. Nous leur faisons la guerre. Nous devons y mettre les moyens les plus adaptées face aux menaces."

Lors de ses vœux aux armées prononcés à bord du Charles-de-Gaulle, François Hollande explique pourquoi il a décidé d'envoyer le porte-avions français au Moyen-Orient, où le navire participera aux opérations de la coalition contre les jihadistes de l'Etat islamique.

16h16 : Les vœux aux armées de François Hollande, à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle, débutent. Suivez notre direct.



(FRANCETV INFO)

16h00 : Le mufti de Jérusalem, plus haute autorité religieuse dans les Territoires palestiniens, a dénoncé comme une "insulte" aux musulmans, les nouveaux dessins représentant le prophète Mahomet dans Charlie Hebdo. "Cette insulte a blessé les sentiments de près de deux milliards de musulmans dans le monde", a dit le grand mufti Mohammad Hussein dans un communiqué, tout en rejetant le recours à la violence.

15h56 : Dans quelques instants François Hollande va présenter ses vœux aux armées, à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle, au large de Toulon (Var). Suivez son intervention dans notre direct.


(BORIS HORVAT / AFP)

15h39 : C'est avec un large sourire que Manuel Valls est sorti du Conseil des ministres, tout à l'heure, à l'Elysée. Reste à savoir si c'est dû à la lecture du numéro de Charlie Hebdo que le Premier ministre n'a pas manqué de montrer.



(PIERRE VILLARD / SIPA)

15h34 : Nice-Matin va soutenir Charlie Hebdo d'une manière inédite. Le quotidien régional va publier demain un hors-série de 40 pages baptisé "Pour Charlie". Ce magazine vendu à part de l'édition quotidienne reviendra sur les événements survenus depuis une semaine, et comportera des dessins envoyés par des lecteurs de Nice-Matin. L'intégralité des bénéfices sera reversé à Charlie Hebdo.




15h32 : "L'école est en première ligne, car là où il n'y a pas eu d'incidents, il y a eu de nombreuses questions des élèves. (...) Nous voulons répondre par des actes forts."

Interrogée à l'Assemblée sur les incidents qui ont émaillé les hommages aux victimes des attentats dans certains établissements scolaires, Najat Vallaud-Belkacem assure aux députés la détermination de son ministère à réagir.

15h33 : François Hollande est arrivé à bord du porte-avions Charles de Gaulle, où il s'apprête à présenter ses voeux aux armées.

15h24 : Il y a plus de cinquante ans, Cabu apprenait à manier le crayon et dessinait ses premières caricatures, à l'école Estienne, à Paris. Une semaine après son assassinat, les élèves de l'école d'art commentent pour France 2 les pages du nouveau numéro de l'hebdomadaire satirique.

(FRANCE 2)

15h11 : Notre journaliste Anne Brigaudeau remarque au passage que Soumission, le dernier Houellebecq, continue de s'arracher. Une réimpression du roman est en cours.

15h12 : C'est le jour de l'attentat contre Charlie Hebdo que son dernier roman, Soumission, a été publié. Le romancier Michel Houellebecq a quitté Paris et est sous protection policière. Dans un entretien au journal italien Il Corriere della Sera, il dit son inquiétude sur la situation de la France où selon lui "rien ne sera plus comme avant".


(MIGUEL MEDINA / AFP)

15h01 : Cette décision d'un tribunal turc de bloquer la une des sites internet qui reproduisent la une de Charlie Hebdo intervient alors qu'un journal turc, Cumhuriyet, a osé publier des extraits du numéro exceptionnel du journal satirique français.

Le quotidien turc s'est attiré les foudres du pouvoir et des menaces téléphoniques ont visé sa direction hier soir. La police a ensuite fait une descente dans la nuit à l'imprimerie du journal à Istanbul, pour examiner son contenu avant de donner son feu vert à sa distribution.

14h53 : #CHARLIE_HEBDO Un tribunal turc ordonne le blocage des sites internet qui reproduisent la une de Charlie Hebdo.

15h06 : "Dans ces moments où la nation doit montrer son unité, les propos ou agissements répréhensibles, haineux ou méprisants, proférés ou commis en raison de l'appartenance à une religion doivent être combattus et poursuivis avec la plus grande vigueur. Quelle que soit cette religion, ils portent atteinte à la cohésion nationale et justifient donc une attention particulière et une grande fermeté de la part des parquets et des parquets généraux."


La ministre de la Justice Christiane Taubira a demandé aux parquets de faire preuve de "réactivité" et de "fermeté" envers les auteurs d'"apologie du terrorisme" ou de "propos et agissements racistes ou antisémites".

14h39 : "Un grand discours républicain", "des propos puissants", "à la hauteur". Revivez l'intégralité du discours de Manuel Valls devant l'Assemblée nationale, presque unanimement salué par la classe politique.

(FRANCE 3)

14h33 : "Moi, j'ai fait le mort en pensant que peut-être, je l'étais ou le serai bientôt." Mais Philippe Lançon a survécu à l'attaque de Charlie Hebdo. Grièvement blessé à la mâchoire, le journaliste et chroniqueur du journal satirique évoque ses camarades disparus et dresse le portrait d'une rédaction vivante, interrompue par l'irruption de "sinistres ninjas".

14h27 : Le propriétaire d'un café londonien a été menacé pour avoir exposé une pancarte "Je suis Charlie" devant son établissement. Ce Français musulman a expliqué au Evening Standard (en anglais) qu'un homme est entré pour exiger le retrait du message. Face au refus du gérant, il l'a alors menacé de s'en prendre à lui et à son établissement. Une enquête a été ouverte par la police.