Attaque contre "Charlie Hebdo" : qui sont les dix autres personnes sur la liste noire d'Aqpa?

Charb, tué par les frères Kouachi, figurait sur une liste publiée en 2013 dans le magazine "Inspire" d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique, qui a revendiqué l'attentat. 

Capture d\'écran du communiqué vidéo d\'Al-Qaïda dans la péninsule arabique, , diffusé mercredi 14 janvier 2015 sur internet, où l\'un des chefs de l\'organisation, Nasser Ben Ali Al-Anassi, revendique l\'attaque contre \"Charlie Hebdo\".
Capture d'écran du communiqué vidéo d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique, , diffusé mercredi 14 janvier 2015 sur internet, où l'un des chefs de l'organisation, Nasser Ben Ali Al-Anassi, revendique l'attaque contre "Charlie Hebdo". (AQPA)

Ils sont dans le viseur d'Aqpa. Après Charb, dix autres personnes figurent sur la liste noire d'Al-Qaïda dans la pénsinsule arabique, qui a revendiqué, mercredi 14 janvier, l'attaque contre Charlie Hebdo. Le directeur de la publication du magazine, de son vrai nom Stéphane Charbonnier, principale cible, y a été tué par les frères Kouachi, comme onze autres personnes ce jour-là. 

En 2013, le magazine d'Aqpa en anglais, Inspire, lancé dans le but de susciter des vocations de "loup solitaire" à l'étranger, avait publié cette liste de personnes à abattre, en parodiant les avis de recherches du far west. Sous la bannière "Wanted, dead or alive, for crimes against islam" ("recherchés, morts ou vifs, pour crimes contre l'islam"), figuraient les photos de neuf personnes, suivies de deux noms.  

Qui sont les cibles d'Aqpa, la franchise la plus dangereuse d'Al-Qaïda ? 

Plusieurs dessinateurs et journalistes

Outre Charb, plusieurs dessinateurs apparaissent sur cette liste. Le Suédois Lars Vilks, auteur en 2007 d'un dessin représentant le prophète Mahomet en chien, et visé depuis par une tentative d'assassinat, l'Américaine Molly Norris, menacée de mort dans une fatwa par le prêcheur américano-yéménite Anwar Al-Awlaki, et le Danois Kurt Westergaard, auteur du dessin où le turban de Mahomet se termine en forme de bombe. Il avait été publié dans le journal danois Jyllands-Posten, qui avait diffusé douze caricatures de Mahomet en 2005, provoquant de violentes manifestations dans plusieurs pays musulmans. Ces dessins avaient été reproduits par Charlie Hebdo quelques mois plus tard en signe de solidarité. 

Le Jyllands-Posten est particulièrement visé dans cette liste. On y voit également les photos de Carsten Juste (mal orthographié Luste), ancien rédacteur en chef du quotidien, et de Flemming Rose, ex-rédacteur en chef des pages culture du journal. 

"Charlie Hebdo ne s'est pas tu (...) et ils ont maintenant payé le prix le plus fort", a réagi Flemming Rose, aujourd'hui responsable de la rubrique International du journal. 

Les mesures de protection autour des salariés du Jyllands-Posten ont été renforcées. Kurt Westergaard, 79 ans, avait échappé à une tentative d'assassinat à son domicile en 2010. Un Somalien de 30 ans, soupçonné de liens avec les shebab, avait fait irruption dans sa maison, armé d'une hache et d'un couteau, en criant qu'il voulait le tuer pour avoir offensé le prophète et les musulmans. Intervenant sur la radio publique DR, Westergaard s'est dit choqué par l'attaque de Charlie Hebdo, "effrayante et horrible", rappelant que lui-même bénéficiait d'une protection policière qui lui permet de "vivre tranquillement et en toute confiance".

Le Jyllands-Posten est le seul journal danois à ne pas avoir reproduit de dessin de Charlie Hebdo. "Ce serait pour nous complètement irresponsable de publier de vieux ou de nouveaux dessins du prophète maintenant", a expliqué le rédacteur en chef Jørn Mikkelsen.

Le pasteur américain Terry Jones

Dans les vignettes, mais aussi sur la page de gauche de l'avis de recherches publié dans Inspire, apparaît le visage du pasteur américain Terry Jones, qui avait publiquement brûlé des exemplaires du Coran en 2011. Sous un dessin représentant le pasteur fondamentaliste exécuté d'une balle dans la tête, on peut lire : "Une balle par jour tient les infidèles en respect."

Comme le rapporte Slate, Terry Jones est actuellement gérant d’une friterie dans un centre commercial en Floride. Une patrouille policière passe deux fois par jour devant chez lui pour toute protection.

Morris Sadek, pour le film "L'Innocence des musulmans"

Morris Sadek, un copte américain soupçonné d'avoir participé au film islamophobe L'Innocence des musulmans, dont la diffusion sur internet avait embrasé le monde musulman, est visé par Aqpa, avec l'orthographe "Swadiq".

Ce chrétien copte déchu de sa nationalité égyptienne par Hosni Moubarak (pour des faits antérieurs à la sortie du film) avait fait la promotion de L'Innocence des musulmans sur les chaînes télévisées égyptiennes depuis les Etats-Unis. Il fait l'objet de poursuites judiciaires en Egypte pour "insultes à la religion islamique, insultes au prophète et incitation à la haine religieuse".

 Salman Rushdie, auteur des "Versets sataniques"

Contraint de vivre près de dix ans dans la clandestinité après une fatwa émise contre lui par l'ayatollah Khomeini en 1989, l'écrivain britannique Salman Rushdie figure sur cette liste. Cette fatwa a pourtant été officiellement levée en 1998 par l'Iran.

L'auteur des Versets sataniques a exprimé sa "solidarité à Charlie Hebdo" et appelé à "défendre l'art de la satire". "Le respect pour la religion est devenu une expression codée qui signifie 'peur de la religion'. Les religions, comme toutes les autres idées, méritent critique, satire, et, oui, notre manque de respect intrépide", écrit-il. 

Deux figures politiques néerlandaises

Parmi les neuf photos figure également le nom de l'ancienne députée néerlandaise d'origine somalienne Ayaan Hirsi Ali. Militante pour les droits des femmes musulmanes, elle avait collaboré, en 2004, avec le Néerlandais Theo van Gogh, à un film sur la condition féminine dans les pays appliquant un islam rigoriste, Soumission. Après l'assassinat de Theo van Gogh par un islamiste, elle se retrouve elle aussi sur la liste des personnes à abattre.

Sous les neuf photos, à côté de celui de la dessinatrice américaine Molly Norris, figure enfin celui de Geert Wilders (orthographié "Girt"), député néerlandais hostile à l'islam. Il doit être jugé pour "incitation à la haine", pour avoir créé en mars une forte polémique en déclarant vouloir "moins de Marocains" aux Pays-Bas. 

Selon différentes sources de la presse australienne (en anglais), un avis de recherches actualisé, avec le visage de Charb rayé d'une croix rouge, circule sur des comptes Twitter couramment utilisés pour la propagande d'Al-Qaïda.

A gauche, en lieu et place du visage de Terry Jones, ce message de victoire : "Salutations et remerciements de la communauté islamique à ceux qui ont vengé le prophète Mahomet."