Cet article date de plus de cinq ans.

Amedy Coulibaly et les frères Kouachi avaient-ils des complices ?

Une semaine après les attentats contre "Charlie Hebdo", les enquêteurs tentent de savoir si les trois terroristes ont bénéficié d'aides extérieures. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des dizaines de personnes rendent hommage aux victimes de la prise d'otages dans l'épicerie cacher de la porte de Vincennes, à Paris, le 12 janvier 2015. (MARTIN BUREAU / AFP)

Chérif et Said Kouachi, ainsi qu'Amedy Coulibaly, ont-il agi seuls ? Une semaine après l'attaque contre Charlie Hebdo, les enquêteurs continuent de rechercher d'éventuels complices. Selon les informations de France 2, la théorie selon laquelle les terroristes étaient aidés d'une quatrième personne ne constitue, pour l'heure, qu'"une piste de travail." Toutefois, mercredi 14 janvier, les policiers tentent d'éclaircir plusieurs points devant permettre de découvrir si les frères Kouachi et Amedy Coulibaly ont bénéficié d'aides extérieures. Francetv info revient sur les progrès de l'enquête. 

Une quarantaine de personnes en garde à vue

Mercredi, les enquêteurs ont placé en garde à vue une quarantaine de personnes dans toute la France, révèle France 2. Au total, une centaine de personnes ont été entendues, indiquent des sources policières citées par la chaîne. D'autre part, une quinzaine de mandats internationaux ont été lancés afin de retrouver d'éventuels complices en fuite. Ils visent des personnes soupçonnées d'avoir aidé à la préparation des attentats, sans pour autant avoir pris part aux attaques, ajoute France 2. 

Un mystérieux deux-roues et la piste d'un quatrième homme

De son côté, les policiers ont trouvé plusieurs éléments intéressants dans un appartement de Gentilly  (Val-de-Marne) ayant vraisemblablement servi de planque à Amedy Coulibaly, le preneur d'otages du magasin cacher de la porte de Vincennes. Outre des armes, les enquêteurs y ont découvert des clés correspondant à une moto ou un scooter. Or, précise Europe 1.fr, Amedy Coulibaly "n'avait pas de deux-roues à son nom", ce qui laisse penser aux enquêteurs que le véhicule appartiendrait à un complice. 

Ce quatrième homme, originaire de Seine-Saint-Denis, serait "déjà bien connu des services de police et de justice", notamment pour des affaires liées au banditisme, affirme Le Parisien. Selon le quotidien, il pourrait s'agir de l'auteur des tirs à l'arme automatique contre le joggeur à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), le 7 janvier. La victime, âgée de 32 ans, a été grièvement blessée par balles, alors qu'elle faisait son jogging. Un lien est rapidement apparu entre Amedy Coulibaly et cette attaque.

Avant de tomber dans le coma, l'homme aurait réussi à donner une description physique de son agresseur. Il s'agirait d'un "homme de type européen", vêtu d'une doudoune noire. Mais tout reste encore flou. 

La voiture d'Hayat Boumeddiene évaporée

Où est passée la mini Austin Cooper immatriculée au nom de la veuve d'Amedy Coulibaly, qui serait depuis passée en Syrie ? C'est la question que se posent les enquêteurs. "Cette voiture n'a effectivement pas encore été retrouvée", indiquent des policiers au Parisien. Elle pourrait être cachée dans un box ou servir au quatrième homme, indique Europe1.fr. 

"De nombreuses investigations sont en cours car ce véhicule pourrait nous en apprendre beaucoup plus sur les pérégrinations d'Amedy Coulibaly", poursuivent les sources policières dans Le Parisien. La police judiciaire parisienne, la sous-direction antiterroriste et la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sont mobilisées pour la retrouver. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.