Attaque au couteau dans le 19e arrondissement de Paris : brièvement entendu par les policiers, l'auteur de l'attaque dit ne se souvenir de rien

Les résultats de l'analyse toxicologique se sont revélés négatifs a appris franceinfo. Devant les policiers, l'homme a tenu un discours décousu et a dit ne se souvenir de rien.  

Des policiers dans le 19e arrondissement après l\'attaque au couteau, le 9 septembre 2018. 
Des policiers dans le 19e arrondissement après l'attaque au couteau, le 9 septembre 2018.  (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

L'homme suspecté d'être l'auteur de l'attaque au couteau, qui a fait 7 blessés dont 4 graves dimanche soir dans le 19e arrondissement de Paris, a pu être brièvement entendu par les enquêteurs dans le cadre de sa garde à vue, ont appris franceinfo et France 2 de sources proches de l'enquête. Devant les policiers, l'homme a tenu un discours décousu et a dit ne se souvenir de rien.

L'expertise toxicologique s'est révélée négative

Les témoins entendus dans le cadre de l'enquête le décrivent comme un homme "hagard", qui a agit "sans prononcer un mot", selon une source proche de l'enquête jointe par France 2. L'expertise toxicologique menée sur lui s'est révélée négative. Les enquêteurs cherchent toujours à vérifier l'exactitude des papiers d'identité que l'homme portait sur lui, selon lesquels il s'agirait d'un homme âgé de 30 ans, de nationalité afghane.

La qualification terroriste n'a pas été retenue à ce stade de l'enquête, même si la section antiterroriste du parquet de Paris suit l'évolution de cette procédure. Dimanche soir, cet homme a attaqué visiblement au hasard des inconnus sur les quais de la Loire, au bord du bassin de la Villette, dans le 19e arrondissement de Paris. L’agresseur, qui avait déjà été maîtrisé et désarmé par des témoins de la scène, a été arrêté moins de 10 minutes après par les policiers de la brigade anti-criminalité (BAC). Des papiers d’identité trouvés sur lui sont toujours en cours de vérification.

Un toxicomane accro au crack ?

L'agresseur a été présenté, dans plusieurs médias s'appuyant sur les dires de plusieurs témoins de la scène, comme un toxicomane accro au crack. Son comportement pendant l'attaque, notamment "son regard vide" et sa démarche - des témoins ont dit l'avoir vu tituber - avait semblé conforter cette hypothèse. Mais les résultats de l'analyse toxicologique menée sur lui montrent qu'il n'a pas agi sous l'effet de la drogue.

L'enquête a été confiée à la 2ème DPJ pour "tentatives d'homicides volontaires". Au moins une dizaine de témoins ont déjà été entendus après cette attaque.