Attaque à la préfecture de police : le parquet antiterroriste n'est pas saisi

Après l'attaque meurtrière qui a fait 4 morts, jeudi 3 octobre, à la préfecture de police, les motivations de l'agresseur ne sont pas encore connues. Nous retrouvons le journaliste Dominique Verdeilhan, en duplex de la préfecture de police de Paris.

France 2

L'homme totalement inconnu des fichiers de police, pas fiché S, se serait converti, il y a 18 mois à l'Islam selon les informations de Dominique Verdeilhan, journaliste de France 2, en direct jeudi 3 octobre depuis la préfecture de police de Paris.

Enquête confiée au Parquet de Paris

"Aucun élément n'accrédite l'hypothèse qu'il se soit radicalisé, ce que confirme les premiers éléments de l'enquête après la garde à vue de son épouse, les perquisitions et l'examen de son ordinateur et de son portable", précise le journaliste. Si le parquet national antiterroriste suit le dossier, c'est bien le parquet de Paris qui est saisi de l'enquête. L'attaque au couteau, menée dans l'enceinte de la préfecture de police de Paris, a fait quatre morts. L'assaillant a été abattu par un policier, qui a utilisé son arme de service. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers attendent près d\'une ambulance, après l\'attaque qui s\'est produite, le 3 octobre 2019, à la préfecture de police de Paris.
Des policiers attendent près d'une ambulance, après l'attaque qui s'est produite, le 3 octobre 2019, à la préfecture de police de Paris. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)