Aulnay-sous-Bois : l'affaire s'invite dans la campagne

Après avoir subi des violences policières à Aulnay-sous-Bois, l'appel au calme de Théo a été en partie entendu, même si des incidents ont eu lieu dans les communes alentours. Le dossier s'invite dans la campagne électorale.

FRANCE 2

À Sevran, commune qui jouxte Aulnay-sous-Bois, l'appel au calme est loin d'avoir été entendu la nuit dernière. Ces carcasses de véhicules calcinés en témoignent. Les images de vidéosurveillance montrent l'irruption de plusieurs individus armés, visages masqués. À Tremblay-en-France, c'est un cocktail Molotov qui a été lancé dans un bâtiment de l'Education nationale.

Une réaction de l'ensemble de la classe politique

Le bilan de la nuit fait état de dix-sept interpellations, dont cinq à Aulnay-sous-Bois. À l'origine de cette tension, le viol présumé subi par Théo, 22 ans, qui fait aujourd'hui réagir l'ensemble de la classe politique. À droite comme à gauche, le comportement des policiers impliqués est fermement dénoncé. Certains appellent néanmoins à ne pas faire d'un cas une généralité. Le syndicat de police Alliance demande aux élus de faire preuve de responsabilité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une voiture brûlée après des heurts avec la police, le 7 février 2017, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). 
Une voiture brûlée après des heurts avec la police, le 7 février 2017, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)