Cet article date de plus de sept ans.

Ariège : un gendarme tué par un automobiliste lors d'un contrôle routier

Le drame s'est produit, samedi soir, entre les communes d'Ussat et Tarascon-sur-Ariège. 

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Capture d'écran d'une carte Google pointant la ville de Tarascon-sur-Ariège, où un gendarme a été renversé par un automobiliste, le 26 novembre 2016. (GOOGLE MAPS)

Un gendarme a été tué, samedi soir, entre les communes d'Ussat et Tarascon-sur-Ariège (Ariège) par un automobiliste qui l'a renversé lors d'un contrôle routier, indique la procureure Lisa Bergereau, dimanche 27 novembre. Selon la gendarmerie nationale contactée par franceinfo, le conducteur et sa passagère ont refusé de s'arrêter, "fonçant délibérément" sur l'agent. Le militaire, grièvement blessé, a été transporté à l'hôpital de Toulouse (Haute-Garonne), où il est mort dimanche matin.

Un délinquant connu pour des délits mineurs

Le major, qui commandait la brigade de Tarascon-sur-Ariège, était âgé de 55 ans et père de deux enfants de 23 et 25 ans. Selon la procureure, la thèse privilégiée est celle d'un "acte délibéré". L'automobiliste, un délinquant connu pour des délits plutôt mineurs comme des vols ou des outrages, ainsi que sa passagère, ont été immédiatement interpellés puis placés en garde à vue. Le directeur général de la gendarmerie nationale doit se rendre sur place dans la journée. 

Dans un communiqué, Bernard Cazeneuve "exprime sa très vive émotion et sa très grande tristesse après le décès" du commandant de la brigade de gendarmerie de Tarascon-sur-Ariège. "Le conducteur du véhicule a été aussitôt interpellé et devra répondre de ses actes devant la justice, qui devra passer avec toute la fermeté nécessaire, a ajouté le ministre de l'Intérieur. Cet acte odieux rappelle que chaque jour, les gendarmes, comme les policiers, exposent leur vie pour protéger celle des autres. Ils méritent à cet égard le respect et la gratitude de tous nos concitoyens."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.