"Après les coups de feu, tout le monde était affolé" : des témoins racontent la panique après l'attaque à Nice

L'attaque à Nice dans la basilique Notre-Dame a fait au moins trois morts. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La basilique Notre-Dame à Nice, le 29 octobre 2020.  (VALERY HACHE / AFP)

"Tout le monde était affolé et courrait partout, pour essayer d’évacuer l’avenue Jean-Médecin et les rues aux alentours", raconte Edouard Simier, un avocat niçois, témoin de l'attaque au couteau qui a fait trois morts à Nice jeudi 29 octobre au matin.

>> Attaque au couteau à Nice : le bilan est porté à trois morts, le Parquet national antiterroriste se saisit. Suivez notre direct 

Ce témoin n'a pas vu directement l'assaillant ou les victimes mais depuis les bureaux de son cabinet, il a constaté l'arrivée des voitures des policiers. "On a vu qu’il se passait quelque chose puisqu’ils courraient dans tous les sens. On a entendu 4 à 5 coups de feu", raconte-t-il à franceinfo. "Le RAID est arrivé puis la BRI et ils sont entrés dans la basilique." 

Autour du lieu de l'attaque, "plus personne ne peut sortir, ni rentrer, on est carrément dans le périmètre de sécurité de la police", témoigne le serveur d'un café de Nice sur franceinfo. L'homme raconte qu'il a fait son ouverture normalement puis "entre 8h50 et 9h05, il y a une dame qui a couru dans la rue", elle lancait aux personnes présentes : "Partez, partez, partez, il y a des morts, il y a des blessés."Lui aussi a entendu les coups de feu, "plusieurs d'affilées". 

De douloureux souvenir

Cet évènement rappellent aux Nicois l'attentat au camion-bélier, le 14 juillet 2016, sur la promenade des Anglais qui avait fait 86 morts. "On a cru revivre ce qui s’était passé. Revivre ça, ce n'était pas facile, pas du tout", explique Edouard Simier. 

"J'avais déjà vécu le 14 juillet donc je sais ce que c'est", rajoute le serveur d'un café nicois. "On essaye de tout bien faire pour aller bien."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.