Agression de Samara à Montpellier : la mère de l'adolescente conteste les conclusions de l'enquête administrative

Cinq mineurs ont été mis en examen pour tentative de meurtre après l'agression de l'adolescente à Montpellier, le 2 avril, devant son collège. L'enquête administrative n'a pas relevé de "négligences" de la part de l'établissement.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La mère de Samara et son avocat Marc Gallix, le 22 avril 2024. (JEAN MICHEL MART / MAXPPP)

La mère de Samara, l'adolescente agressée début avril à Montpellier, conteste les conclusions de l'enquête administrative, rapporte mardi 30 avril France Bleu Hérault. Pour l'avocat de la mère de la collégienne, Marc Gallix, ce rapport donne le sentiment de vouloir "préserver, protéger les professeurs". Il ajoute : "Il y a toujours dans ce type d'affaires une forme de corporatisme et là, ce rapport en est l'exemple évident".

L'avocat affirme qu'il lui est impossible d'accepter les conclusions de l'enquête administrative. Il maintient qu'il y a eu des "défaillances", des "manquements", des "négligences de la part du collège". "Cette enfant est sortie du collège, a été massacrée alors que des gens savaient qu'elle était menacée". L'avocat compte désormais sur l'enquête judiciaire pour demander "à ce que des personnes du collège, et notamment le professeur principal, soient entendus".

Mardi matin sur France Inter, Nicole Belloubet, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a déclaré : "L'enquête administrative n'a pas relevé de négligence" de la part du collège Arthur-Rimbaud à Montpellier (Hérault). La ministre affirme qu'au "vu des éléments portés à sa connaissance, le collège a fait tout ce qui était en sa possibilité de faire". Le harcèlement scolaire n'a pas été établi non plus.

Samara, 13 ans, a été rouée de coups le 2 avril dernier par d'autres adolescents aux abords de son établissement. Deux jours après l'agression de la collégienne, sa mère avait estimé sur France Bleu Hérault qu'il y avait eu un "loupé" dans la protection de sa fille en dénonçant le manque de réactivité de l'établissement. Dans cette affaire, cinq mineurs sont mis en examen pour tentative de meurtre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.