Agression d'un brancardier en Vendée : "Les incivilités et la violence physique font maintenant partie du quotidien des urgentistes", déplore Patrick Pelloux

Selon le médecin urgentiste invité samedi sur franceinfo, il n'y "a pas d'étonnement par rapport à cette violence absolument abjecte".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le médecin urgentiste Patrick Pelloux, le 7 juin 2022 à Paris. (LUC NOBOUT / MAXPPP)

Au lendemain de l'agression d'un brancardier à l'hôpital de Challans en Vendée par un proche d'un patient, Patrick Pelloux, médecin urgentiste et président de l'Association des médecins urgentistes de France, déplore samedi 7 avril sur franceinfo que "les incivilités et la violence physique" font désormais "partie du quotidien des urgentistes".

Dans la mesure où certains de ses collègues, notamment aux urgences, "démissionnent tellement ils se font insulter tous les jours", il n'y "a pas d'étonnement par rapport à cette violence absolument abjecte", explique l'urgentiste, pour qui les personnels ont à faire face parfois à des "imbéciles", "qui n'ont aucune limite", "aucune correction", "qui ne comprennent pas".

Cette violence n'est toutefois pas liée au monde de la santé pour Patrick Pelloux : "Nous avons une société avec des gens totalement frustrés, incultes, et totalement inéduqués et qui ont comme seule expression la barbarie. C'est ça le fond."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.