Viande de cheval : le gouvernement a identifié cinq circuits

Outre la filière Spanghero, quatre nouveaux circuits ayant conduit à inclure de la viande de cheval dans des produits cuisinés ont été identifiés, a annoncé mardi Benoît Hamon.

Benoît Hamon s\'exprime lors d\'une conférence de presse sur le scandale de la viande de cheval, le 12 mars 2013, à Strasbourg.
Benoît Hamon s'exprime lors d'une conférence de presse sur le scandale de la viande de cheval, le 12 mars 2013, à Strasbourg. (FREDERICK FLORIN / AFP)

Il n'y avait pas que la filière Spanghero. Le gouvernement a identifié au total cinq circuits ayant conduit à inclure de la viande de cheval dans des produits cuisinés en France, étiquetés comme contenant du bœuf, a annoncé, mardi 12 mars, le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon. "Il est possible qu'il y en ait d'autres", a-t-il précisé.

Le ministre a ajouté que ses services ne disposaient d'aucun élément pour soupçonner les entreprises concernées par ces quatre circuits supplémentaires d'avoir voulu tromper les consommateurs. Elles pourraient même être "victimes" de leurs fournisseurs de viande. Deux de ces filières concernent des entreprises qui avaient déjà annoncé elles-mêmes avoir détecté de la viande de cheval dans leurs produits : il s'agit du fabricant de corned-beef Covi et de Gel Alpes, fournisseur de William Saurin et Panzani. Dans les deux autres cas, la présence de viande de cheval est marginale, a-t-il ajouté.

Des tests ADN "encourageants"

Le ministre a par ailleurs indiqué que des tests ADN, pratiqués sur des échantillons de plats cuisinés prélevés dans des magasins, avaient dans un premier temps révélé une forte présence de viande de cheval,dans 9 tests sur 10. Mais dans un deuxième temps, ce taux avait fortement baissé : sur les 40 tests de la deuxième série, seuls 2 contenaient du cheval. "Plus on fait des tests, moins on trouve de cheval, c'est encourageant", a commenté Benoît Hamon.