Cet article date de plus de huit ans.

Spanghero : les employés empêchés d'accéder aux locaux

Le repreneur Laurent Spanghero a indiqué que l'entreprise était fermée en l'état et a appelé à la patience.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Laurent Spanghero s'adresse aux salariés de l'entreprise après la décision du tribunal d'accepter son offre de reprise du site de Castelnaudary (Aude), le 5 juillet 2013. (MAXPPP)

L'entreprise a été sauvée de justesse, mais l'activité n'a pas encore repris. Lundi 8 juillet,  les employés de Spanghero se sont vu interdire l'accès aux locaux de la société, à Castelnaudary (Aude). Le repreneur Laurent Spanghero a expliqué que l'entreprise était fermée en l'état et a appelé à la patience.

"Ce matin, les salariés se sont présentés sur le site et Laurent Spanghero a interdit l'accès des locaux du personnel", a expliqué Jean Aparicio, délégué FO, qui précise : "Nous sommes donc sur le parking et nous allons faire venir un huissier pour le faire constater."

Contacté par l'AFP, Laurent Spanghero a tenu à minimiser l'incident, expliquant que l'entreprise était de fait à l'arrêt et qu'il n'y avait donc pas de travail pour le moment : "Il ne se passe rien du tout. L'usine est fermée et donc les salariés n'ont rien à faire dedans." Désigné repreneur de l'entreprise qu'il avait cofondée puis cédée, l'homme a affirmé qu'il n'avait "pas encore de nouvelles de l'administrateur judiciaire" et qu'il attendait de savoir "qui va être conservé et qui va être licencié". Son plan de reprise ne prévoit de garder que près de 90 des 230 salariés du site, plongé dans la tourmente depuis le scandale de la viande de cheval

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Viande de cheval

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.