Les corps des quatre victimes de la tuerie de Toulouse sont arrivés en Israël

L'avion transportant les dépouilles des trois enfants juifs et du rabbin a atterri tôt mercredi en Israël. Les inhumations doivent avoir lieu dans la matinée au grand cimetière de Jérusalem.

Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé à Tel-Aviv (Israël), le 21 mars 2012. Il accompagne les dépouilles des victimes de la tuerie de Toulouse.
Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé à Tel-Aviv (Israël), le 21 mars 2012. Il accompagne les dépouilles des victimes de la tuerie de Toulouse. (FTVI)

Les dépouilles des quatre victimes de la tuerie de l'école juive de Toulouse (Haute-Garonne) sont arrivées tôt mercredi 21 mars en Israël. Les corps de Jonathan Sandler, 30 ans, ses enfants, Gabriel, 4 ans, et Arieh, 5 ans, et la fille du directeur de l'établissement, Myriam Monsonego, 7 ans, doivent être inhumés dans la matinée à Jérusalem.

L'avion de la compagnie israélienne El Al, à bord duquel avaient pris place une cinquantaine de proches des victimes ainsi que le ministre des Affaires étrangères français, Alain Juppé, a atterri vers 5 heures du matin (heure de Paris) à l'aéroport international Ben-Gourion de Tel Aviv.

Francetv info

Mardi soir, à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, le président Nicolas Sarkozy, accompagné notamment de son épouse, Carla Bruni Sarkozy, et du Premier ministre, François Fillon, s'est recueilli devant les cercueils.

FRANCE TELEVISONS

• Journée de deuil et de recueillement 

Une minute de silence a été observée mardi autour de 11 heures dans les établissements scolaires de France, de Toulouse à Lille, de Paris à Nice, à la demande du président Nicolas Sarkozy, pour rendre hommage aux victimes. 

Francetv info

Nicolas Sarkozy était présent à la minute de silence organisée au collège-lycée François-Couperin, à Paris (4e arrondissement), à deux pas du Mémorial de la Shoah. "Ce qui s'est passé à Toulouse dans une école confessionnelle, avec des enfants d'une école juive, aurait pu se passer ici. Ces enfants sont exactement comme vous", a déclaré le chef de l'Etat. Il a ajouté, à propos de l'enquête, qu'on n'avait "malheureusement rien, on a une obligation de résultat, c'est tout".

Francetv info

Le candidat socialiste François Hollande a participé à ce moment de recueillement à l'école Jean-Jaurès du Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis).

• La France sous le choc

Le pays est submergé par l'émotion. Des centaines de personnes ont assisté lundi après-midi à une cérémonie de recueillement dans une synagogue de Toulouse. Même affluence plus tard dans une synagogue parisienne avec, entre autres personnalités présentes, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Une marche silencieuse a rassemblé plusieurs milliers de personnes, dont beaucoup de jeunes et d'élus lundi soir à Paris, à l'appel de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF). 

"Une famille déchiquetée, une communauté juive abasourdie, nous sommes tous sous le choc. Mais ce que je voudrais dire, c'est que j'ai vu dans notre pays une réaction nationale admirable", a déclaré mardi le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier. 

Une deuxième marche silencieuse sera organisée par les responsables des communautés juive et musulmane à Paris dimanche, entre Montparnasse et les Invalides, a annoncé Richard Prasquier. "Cette marche n'a de sens que si c'est une marche commune", a-t-il ajouté.

Fermé lundi et mardi, le collège-lycée juif Ozar Hatorah, où a eu lieu la tuerie de Toulouse, doit rourir ses portes mercredi.