Cet article date de plus de huit ans.

Affaire Merah : un homme mis en examen et écroué pour le vol du scooter

Le tueur au scooter avait utilisé ce deux-roues pour commettre ses crimes, en mars 2012.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran montrant Mohamed Merah, le tueur au scooter de Toulouse (Haute-Garonne) et Montauban (Tarn-et-Garonne), à l'âge de 23 ans.  (FRANCE 2 / AFP)

Un homme de 25 ans a été mis en examen, samedi 18 mai, pour son implication présumée dans le vol du scooter que Mohamed Merah a utilisé pour commettre ses crimes, en mars 2012. Il a aussi été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Merah a assassiné au nom du jihad trois parachutistes, trois enfants et un enseignant juifs à Toulouse et Montauban. Il avait été tué le 22 mars au terme du siège de son appartement toulousain.

Mohamed Mounir Meskine nie l'intégralité des faits et "condamne fermement les agissements de Merah", selon son avocat, Alexandre Parra-Bruguière. En garde à vue, le jeune homme s'est présenté comme "musulman non pratiquant" et ne se présente pas comme un djihadiste. Après le frère aîné de Mohamed Merah, Abdelkader Merah, il est le deuxième homme à être écroué dans cette enquête sur les complicités dont aurait pu bénéficier le tueur au scooter.

Un homme connu des services de police

Mohamed Mounir Meskine est connu des services de police pour de nombreux faits de délinquance, violences volontaires, détention d'armes, stupéfiants, selon une source proche de l'enquête. Il avait en particulier été incarcéré de fin 2008 à mi-2009 pendant 8 mois pour une affaire de stupéfiants. Il a été interpellé mardi matin à son domicile, à Vieille-Toulouse et à Aucamville, dans l'agglomération toulousaine, tout comme un autre homme, âgé de 38 ans.

Les enquêteurs restent très prudents sur la connaissance qu'a pu avoir cet homme des projets criminels de Merah. C'est une figure du quartier des Izards à Toulouse, le quartier des Merah, beaucoup plus familier d'Abdelkader que de Mohamed, selon une source proche de l'enquête. Pour autant, Abdelkader et lui ne seraient pas des très proches. Un grand connaisseur des délinquants toulousains le décrit comme un "type malin, intelligent", issu d'une famille complètement désintégrée, parti vivre longtemps à Toulon avant de revenir il y a quelques années aux Izards.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.