Affaire Merah : le gardé à vue de Toulouse nie être le "troisième homme"

Selon son avocat, l'homme interpellé mardi à Albi n'est pas le troisième homme présent au moment du vol du scooter qui a servi aux tueries de Toulouse et Montauban.

L\'homme a été interpellé à Albi (Tarn), dans le quartier de Rayssac. 
L'homme a été interpellé à Albi (Tarn), dans le quartier de Rayssac.  (JEAN MARIE LAMBOLEY / MAXPPP)

AFFAIRE MERAH – L'homme interpellé mardi à Albi nie être le "troisième homme" présent au moment du vol du scooter qui a servi aux tueries de Toulouse et Montauban. C'est ce qu'a affirmé son avocat, Pierre Alfort, mercredi 5 décembre.

"Je lui ai posé la question. Bien évidemment, il m'a indiqué qu'il n'était pas présent", a-t-il dit après un premier entretien avec son client. "Absolument", a-t-il répondu à l'AFP, qui lui demandait si son client niait donc être le "troisième homme".

Il connaissait Mohamed Merah et Abdelkader Merah

Les policiers ont longuement interrogé son client sur le vol du scooter, mardi, au cours du premier jour de sa garde à vue, a expliqué l'avocat. "Il dit : 'moi, je me suis converti à l'islam', [mais] c'est pas parce qu'il est converti qu'il allait à la mosquée et qu'il connaissait Mohamed Merah et Abdelkader Merah que ça fait de lui le troisième homme", a expliqué l'avocat.

Arrêté le même jour que son ex-compagne, l'homme est soupçonné par les enquêteurs "d'avoir apporté une aide à Merah dans la commission des faits". Il aurait aidé Mohamed Merah à voler le scooter utilisé pour commettre les assassinats. Ce jour-là, le tueur était accompagné de son frère Abdelkader et d'un troisième homme, dont l'identité reste un mystère.