Cet article date de plus de neuf ans.

Affaire Merah : Hollande promet aux familles que les zones d'ombre seront levées

"La démocratie est toujours plus forte que le fanatisme", a déclaré le chef de l'Etat à Toulouse, un an après les tueries de Mohamed Merah.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République, François Hollande, le 19 septembre 2012 à Paris, avec Latifa Ibn Ziaten, mère d'un militaire tué par Mohamed Merah. (FRANCOIS MORI / POOL / AFP)

François Hollande l'a promis aux familles des victimes : les zones d'ombre de l'affaire Merah seront levées. "La réponse est due aux familles et à la France toute entière. Je m'en porte garant", a dit le chef de l'Etat à Toulouse lors de la cérémonie d'hommage aux victimes des crimes commis un an plus tôt au nom du jihad.

"Cette tragédie aurait-elle pu être évitée ? Merah a-t-il agi seul ou était-il membre d'un réseau plus vaste ?" a demandé le président, rappelant que la justice s'employait à répondre à ces questions, "légitimement posées" dès le lendemain des tueries de Toulouse et Montauban perpétrées en mars 2012. "Les pouvoirs publics apportent tout leur concours" à l'instruction "car toute la lumière doit être faite", a-t-il assuré.

Le chef de l'Etat a également évoqué les "éventuels dysfonctionnements des services concernés", dont "nous devons tout savoir".

"La France a surmonté l'épreuve"

Venu délivrer à Toulouse un message de "solidarité" et "d'unité" aux familles, François Hollande a souligné que "la démocratie est toujours plus forte que le fanatisme". A Montauban et à Toulouse, "c'est la France qui a été agressée. En tuant des soldats, en s'en prenant à des enfants dans une école, c'est la République que l'on va voulu frapper en son coeur" mais la "République a tenu bon" et la "France a surmonté l'épreuve", a déclaré le président, pour qui "la lutte contre le terrorisme ne suppose aucun relâchement, aucune faiblesse, aucune négligence".

La prise de parole du chef de l'Etat a ponctué une marche de plus de 1 500 Toulousains de toutes origines et de toutes confessions, point d'orgue d'une semaine au cours de laquelle Toulouse et sa voisine Montauban se sont replongées dans l'horreur des crimes perpétrés par Mohamed Merah un an plus tôt.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.