Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Procès du frère de Mohamed Merah : "Je suis désolée pour les familles (des victimes), mais Abdelkader n'a rien fait", déclare sa mère

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
La mère de Mohammed et Abdelkader Merah
FRAJNCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Zoulikah Aziri, mère de Mohamed et Abdelkader Merah, a répondu aux questions des journalistes, lundi, à la sortie de l'audience devant une cour d'assises spéciale à Paris.

"Mohamed Merah, ce qu'il a fait, je ne suis pas d'accord. Mais Abdelkader Merah, c'est dur pour lui parce qu'il n'a rien fait, et il est là." La mère de Mohamed et Abdelkader Merah s'est exprimée à la sortie de la cour d'assises spéciale du palais de justice de Paris, lundi 2 octobre au premier jour du procès de son fils Abdelkader Merah.

>> Suivez le procès d'Abdelkader Merah dans notre direct 

En mars 2012, Mohamed Merah tuait au nom du jihad trois militaires, un enseignant et trois enfants d'une école juive avant d'être tué à son tour par la police. Le procès de son frère Abdelkader, accusé de "complicité", s'est ouvert lundi dans un climat tendu.

Un procès prévu pour un mois

Zoulikah Aziri, mère des deux hommes, réfute la présence de son fils devant la cour : "Il (Abdelkader Merah) n'a rien fait. Il a passé cinq ans et demi (en prison) pour rien", lance-t-elle. "C'est vrai que ce que Mohamed a fait n'est pas bien, je suis désolée pour les familles (des victimes), mais Abdelkader n'a rien fait. Je suis angoissée pour lui", poursuit la mère devant micros et caméras. "Mohamed il est mort, il a fait ce qu'il a fait et il est mort. Il n'est pas vivant. S'il était vivant, il serait jugé. On ne va pas juger une autre personne qui n'a rien fait", a-t-elle ajouté.

Pendant ce procès prévu pour durer un mois, la cour d'assises spéciale s'efforcera notamment d'établir jusqu'à quel point Abdelkader Merah, 35 ans, a pu aider son frère cadet dans son projet d'attentat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.