Cet article date de plus de trois ans.

Paris : deux personnes en garde à vue, dont un homme soupçonné d'avoir effectué des repérages au Palais de justice

Un homme s'est introduit dans le Palais de justice de Paris à l'aide du badge d'une salariée. Les deux ont été mis en garde à vue, mercredi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le palais de justice de Paris, le 11 octobre 2017. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Deux personnes d'une trentaine d'années ont été arrêtées, mercredi 18 octobre, à leur domicile en région parisienne puis placées en garde à vue, a appris franceinfo de source policière, confirmant une information du Point. L'un d'entre eux est soupçonné d'avoir effectué des repérages au Palais de justice de Paris, où se déroule actuellement le procès d'Abdelkader Merah. L'homme placé en garde à vue est connu des services de police, notamment pour vols avec violence et trafic de stupéfiants.

Un salarié placé en garde à vue

L'homme a pénétré dans le Palais de justice par une entrée réservée au personnel à l'aide du badge d'un salarié, qui a lui aussi été placé en garde à vue. Les gendarmes chargés de la surveillance du procès Merah ont observé des comportements suspects, a indiqué une source judiciaire à franceinfo.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour association de malfaiteurs en vue de commettre un crime ou un délit, et intrusion non autorisée dans un monument classé. L'enquête a été confiée au 1er district de la police judiciaire de Paris.

Les policiers tentent de comprendre les intentions

C'est le travail d'observation des gendarmes chargé de la sécurité dans le Palais de justice ainsi que l'exploitation de la vidéosurveillance qui ont permis de détecter ces manœuvres suspectes de repérage. Les policiers tentent maintenant de comprendre les intentions de ces deux personnes.

Dès ce mercredi matin la sécurité a été renforcée sur place avec plus de gendarmes chargés de filtrer, fouiller et surveiller les accès au Palais de justice de Paris et à la grande salle d'Assises où se déroule le procès Merah.

Il y a déjà, à ces deux endroits, des portiques de sécurité avec scanners et détecteurs de métaux comme dans les aéroports, et des files d'attentes de parfois plus de 30 minutes ces derniers jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.